samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le document de voyage d’Eichmann délivré par la Croix (...)

Le document de voyage d’Eichmann délivré par la Croix Rouge

Nouvelobs.com

jeudi 31 mai 2007, sélectionné par Spynews

Le Comité international de la Croix Rouge souligne que l’organisation a été trompée lors de la délivrance du titre de voyage qui a permis au criminel nazi de quitter l’Europe pour l’Argentine.

Adolf Eichmann lors de son procès en Israël (Sipa) Le document de voyage qui a permis au criminel de guerre nazi Adolf Eichmann de fuir l’Europe pour l’Argentine a bien été délivré le 1er juin 1950 par la Croix Rouge internationale, a indiqué mercredi 30 mai le Comité International de la Croix Rouge (CICR), en soulignant que l’organisation humanitaire avait été trompée. Ce titre de voyage, retrouvé récemment dans les archives du tribunal de Buenos Aires et utilisé par Adolf Eichmann sous le nom de Riccardo Klement, fait partie des documents octroyés par le CICR à partir de 1945 aux réfugiés, déplacés et apatrides qui ne disposent plus de papiers d’identité. Le CICR a conservé dans ses archives le duplicata de la demande du titre de voyage d’Eichmann, dont l’AFP a obtenu une copie.

Capturé par le Mossad dix ans après

Sur le document de deux pages établi à Gênes, figure la photo d’Adolf Eichmann, avec son empreinte digitale, mais le nom utilisé est celui de Riccardo Klement et le lieu de naissance : Bolzano, en Italie. Seule la description physique est exacte : "cheveux châtains, yeux clairs, nez régulier", indique le document. Selon le document, le propriétaire de ce titre de voyage doit partir de Gênes à destination de l’Argentine "avec le bateau Anna "C" dans la première moitié de juin". "A la suite de la deuxième guerre mondiale, des masses de population en mouvement ont bénéficié de titres de voyage. Le CICR ne disposait pas d’un système d’enquête pour vérifier leurs identités", a souligné le porte-parole du CICR Vincent Lusser. Adolf Eichmann, grand ordonnateur de la "solution finale" qui a mené à la mort six millions de juifs, a vécu dix ans en Argentine avant d’y être capturé par le Mossad, les services secrets israéliens, jugé, puis exécuté en Israël en 1962.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :