mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Bush réclame la libération immédiate des Irano-Américains détenus en (...)

Bush réclame la libération immédiate des Irano-Américains détenus en Iran

AFP

samedi 2 juin 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le président George W. Bush a réclamé vendredi la libération immédiate et inconditionnelle de plusieurs Irano-Américains détenus en Iran, un motif de tension supplémentaire entre deux pays qui n’en manquent pas mais venaient de renouer le dialogue sur l’Irak.

"Plusieurs de nos compatriotes américains (...) sont retenus contre leur gré par le régime iranien. Je condamne fermement leur détention par les autorités iraniennes. Ils doivent être libérés immédiatement et sans condition", a déclaré M. Bush dans un communiqué.

Il s’agit de sa déclaration publique la plus forte sur cette affaire à ce jour.

Un haut responsable de la Maison Blanche, Steve Hadley, a vu dans cette affaire un argument pour refuser un dialogue global avec les Iraniens.

M. Bush cite explicitement Haleh Esfandiari, Parnaz Azima, Kian Tajbakhsh et Ali Shakeri, qui ont à la fois les nationalités américaine et iranienne et qui sont retenus en Iran.

L’universitaire Haleh Esfandiari, le sociologue Kian Tajbakhsh et l’homme d’affaires Ali Shakeri sont accusés d’espionnage et détenus. La journaliste Parnaz Azima fait l’objet d’accusations similaires. Elle a été laissée en liberté, mais est empêchée de quitter le pays.

M. Bush se dit aussi "troublé" par le refus, selon lui, des autorités iraniennes de fournir des informations sur Robert Levinson, un Américain et ancien agent du FBI qui a disparu en Iran.

Les quatre Irano-Américains s’étaient rendus en Iran pour des raisons personnelles, professionnelles ou sociales. Ils y ont été bloqués à un moment à la fois de fortes crispations et de reprise du dialogue entre les Etats-Unis et l’Iran.

Devant le refus iranien de renoncer à ses activités nucléaires les plus sensibles, M. Bush pousse à une troisième résolution du Conseil de sécurité des Nations unies et à de nouvelles sanctions contre la République islamique.

Les Etats-Unis ont déployé deux porte-avions dans le Golfe, en forme de démonstration de force militaire et de manifestation de soutien aux pays de la région qui s’inquièteraient de menées hégémoniques iraniennes.

Le vice-président Dick Cheney a lancé une vigoureuse mise en garde à l’Iran lors d’une tournée en mai dans le Golfe.

Dans le même temps, Américains et Iraniens, qui n’ont plus de relations diplomatiques depuis 1980, viennent d’avoir à Bagdad leur premiers entretiens bilatéraux sur l’Irak.

L’administration américaine a longtemps résisté aux pressions exercées de maintes parts, aux Etats-Unis et à l’étranger, pour parler à ses ennemis, y compris le régime islamique.

Avec un Irak au bord du chaos, sa position a évolué et elle a consenti à des entretiens bilatéraux strictement restreints à la question irakienne.

Le conseiller de M. Bush à la sécurité nationale, Steve Hadley, a assuré que les relations avec les Iraniens n’ont "pas changé" pour autant.

Il a rappelé la longue liste des accusations américaines : volonté d’avoir la bombe atomique, soutien au terrorisme international, soutien au Hezbollah libanais.

En Irak, les Iraniens "tuent nos gosses", a-t-il dit, faisant référence aux armes que les Iraniens livrent, selon les Américains, aux adversaires de ces derniers.

La détention d’Irano-Américains "n’aide pas dans ce contexte", a-t-il dit devant la presse.

"Pour ceux qui disent : pourquoi est-ce que vous ne parlez pas à l’Iran ?, cela rappelle combien ce régime est difficile, et quelle politique il mène", a-t-il dit.

M. Hadley a admis cependant combien l’affaire était délicate, faisant référence au risque de crisper encore davantage les autorités iraniennes en augmentant trop le ton : c’est une matière "très sensible, et il vaut mieux que ces efforts (pour la libération) ne soient pas menés sur la place publique, c’est quelque chose à quoi les familles sont très sensibles".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :