samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le plan de défense antimissile, sujet d’entretiens entre MM. Bush et (...)

Le plan de défense antimissile, sujet d’entretiens entre MM. Bush et Poutine

USinfo.state.gov

mercredi 6 juin 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Les deux dirigeants l’évoqueront à l’occasion du sommet du G8 et lors de la visite de M. Poutine à Kennebunkport (Maine), les 1er et 2 juillet.

Selon M. Stephen Hadley, conseiller pour les questions de sécurité nationale, les présidents Bush et Poutine s’entretiendront en marge du sommet du G8 de la proposition américaine d’installer un système de défense antimissile en Europe.

"La coopération en matière de défense contre les missiles dont il est question, qui implique la République tchèque et la Pologne, se rapporte uniquement aux menaces que font poser sur l’Europe les Etats voyous et d’autres. La Russie n’est pas concernée et n’est pas menacée", a expliqué le 4 juin M. Hadley qui se trouvait à bord de l’avion présidentiel en route pour Prague (République tchèque).

La visite du président Bush en Europe commence le 4 juin par une étape à Prague. Il doit ensuite se rendre en Pologne et en Allemagne, à Heiligendamm pour assister au sommet du G8 qui s’y tient du 6 au 8 juin et auquel doivent participer, outre M. Bush, les dirigeants du Canada, de la France, de l’Italie, du Japon, du Royaume-Uni et de la Russie. M. Bush doit conclure son voyage par des étapes en Italie, en Albanie et en Bulgarie.

Les représentants des Etats-Unis ont eu de francs entretiens avec M. Poutine et les membres de son gouvernement, a indiqué M. Hadley, expliquant que le président avait dépêché le ministre de la défense, M. Robert Gates, en Russie pour s’y entretenir avec M. Poutine et donner plus d’informations en ce qui concerne le plan des Etats-Unis de placer 10 intercepteurs de missiles en Pologne et une station de radars avancée en République tchèque.

Les Etats-Unis, a-t-il précisé, ont expliqué que ce plan visait à protéger l’Europe contre des Etats tels que l’Iran et la Corée du Nord, qui sont soupçonnés de mettre au point des programmes d’armement nucléaire. M. Poutine, pour sa part, s’est déclaré d’avis que le plan pouvait constituer une menace pour la Russie et qu’il pourrait déclencher une nouvelle course aux armements. M. Hadley a rappelé que les Etats-Unis avaient invité la Russie à prendre part à cette initiative de système de défense antimissile.

Il a ajouté que le président Bush avait également invité M. Poutine à venir à Kennebunkport (Maine), le domaine familial, les 1er et 2 juillet, pour évoquer plusieurs questions qui préoccupent à la fois les Etats-Unis et la Russie.

Pour les Etats-Unis, la proposition d’un système de défense antimissile en Europe entre dans le cadre de leur obligation d’offrir une protection supplémentaire aux 26 pays membres de l’OTAN et à leurs autres amis européens, a fait observer M. Hadley.

Le 4 juin, le porte-parole du département d’Etat, M. Sean McCormack, avait fait part de sa surprise en ce qui concerne l’intensification de la polémique concernant le plan de défense antimissile proposé par les Etats-Unis, faisant remarquer que la Russie avait été consultée à son sujet et sa participation proposée.

"Nous collaborons très bien avec la Russie sur nombre de sujets qui nous préoccupent mutuellement. Et nous continuerons à le faire", a assuré M. McCormack.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :