vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le Soudan prête ses espions aux États-Unis pour combattra Al-Qaeda

Le Soudan prête ses espions aux États-Unis pour combattra Al-Qaeda

AFP

lundi 11 juin 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le gouvernement soudanais, régulièrement accusé de soutenir les auteurs d’exactions au Darfour, a prêté secrètement ses espions aux États-Unis pour recueillir des informations sur l’insurrection en Irak, affirme lundi le Los Angeles Times

Citant des responsables des services de renseignements s’exprimant sous couvert d’anonymat, le journal californien écrit que le Soudan est devenu très utile pour Washington depuis les attaques du 11 septembre 2001, car ce pays arabe d’obédience sunnite est un carrefour pour des militants islamistes en route pour l’Irak ou le Pakistan.

Cet afflux de combattants étrangers a fourni une couverture au Mukhabarat, le service de renseignements soudanais, pour placer des espions en Irak, affirme le Los Angeles Times.

« Si vous avez des jihadistes qui voyagent via le Soudan pour entrer en Irak, c’est un genre qui n’attire pas les soupçons », écrit le journal citant un ancien responsable de haut rang de la CIA. « Cela donne une occasion d’envoyer des Soudanais via ce canal », ajoute-t-il.

Les espions soudanais ont souvent été en meilleure position que la CIA pour recueillir des informations sur la présence d’Al-Qaeda en Irak, ainsi que sur les activités d’autres groupes insurgés, ajoute le Los Angeles Times.

« Les Soudanais peuvent aller dans des endroits où nous n’allons pas. Ils sont Arabes. Ils peuvent se promener », ajoute le journal, citant un autre ancien agent de la CIA.

Ces responsables ont refusé de dire si le Mukhabarat avait envoyé des agents dans le pays. Mais, selon eux, le Soudan a mis en place un réseau d’informateurs en Irak qui fournissent des renseignements sur l’insurrection.

Khartoum a également aidé les États-Unis lors des troubles en Somalie, entretenant des contacts avec les tribunaux islamiques et les autres milices afin de localiser les membres présumés d’Al-Qaeda réfugiés dans ce pays, selon le journal.

Ses relations avec les services de renseignements américains ont permis au Soudan de disposer d’un important canal officieux de communication avec le gouvernement américain, selon le Los Angeles Times.

Et bien que le président George W. Bush ait récemment annoncé de nouvelles sanctions contre le Soudan, accusé de bloquer les efforts internationaux pour ramener la paix au Darfour, certains ont accusé son administration de ne pas aller assez loin de peur de compromettre la coopération antiterroriste.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :