mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > La source du scandale du Watergate était l’ancien numéro deux du (...)

La source du scandale du Watergate était l’ancien numéro deux du FBI

Alain Salles, le Monde

mercredi 1er juin 2005, sélectionné par Spyworld

logo

C’est la fin du plus grand mystère du journalisme et d’un des secrets les mieux gardés de Washington depuis plus de trente ans. Bob Woodward et Carl Bernstein ont révélé, mardi 31 mai, le nom de la source anonyme la plus célèbre du monde : Deep Throat, "Gorge profonde", qui les a aidés pendant le scandale du Watergate, de 1972 à 1974, conduisant à la démission du président Richard Nixon, pour avoir autorisé le cambriolage du comité de campagne du Parti démocrate dans les immeubles du Watergate, au bord du Potomac. C’était finalement le numéro deux du Federal Bureau of Investigation (FBI), W. Mark Felt. La confirmation du Washington Post est intervenue peu après que le magazine Vanity Fair eut rendu public un article à paraître dans son édition du mois de juillet, à propos de Mark Felt, intitulé : "Je suis le type qu’ils appellent Deep Throat."

"W. Mark Felt était Gorge profonde, écrivent Bob Woodward et Carl Bernstein dans un communiqué, et nous a immensément aidé dans notre couverture du Watergate. Cependant, comme l’indiquent les archives, de nombreuses autres sources et des officiels nous ont aidés, nous, comme les autres reporters, pour les centaines d’histoires qui ont été écrites dans le Washington Post sur le Watergate."

Les deux reporters et leur rédacteur en chef Ben Bradlee ­ qui étaient les seuls à connaître l’identité de la source ­ avaient annoncé qu’ils révéleraient son nom après sa mort. Pris de court par l’annonce de Vanity Fair, ils sont d’abord restés sur cette position, avant de changer d’opinion après la confirmation officielle de la famille et la brève apparition de Mark Felt devant les caméras.

CRIMINEL OU HÉROS

Dans un communiqué, la famille de Mark Felt, par la voix de son petit-fils, Nick Jones, a déclaré, mardi après-midi, que "Mark Felt Sr est un grand héros américain" qui a agi "pour sauver son pays d’une horrible injustice". "Mon grand-père est heureux d’être honoré pour son rôle en tant que Deep Throat, avec son ami Bob Woodward. (...) Mark était réservé dans le passé, à l’idée de révéler son identité et se demandait si ses actions étaient conformes à celles d’un homme du FBI. Mais comme il a dit récemment à ma mère : "Je croyais que les gens pensaient que Deep Throat était un criminel. Mais maintenant, ils pensent que c’est un héros.""

Peu après, un vieillard de 91 ans est apparu devant les caméras, s’appuyant sur un déambulatoire, accompagné de sa famille. Il souriait en saluant et en remerciant les journalistes qui entouraient l’appartement où il vit, avec sa fille, à Santa Rosa en Californie. Mark Felt est inconnu du grand public américain, mais Deep Throat est devenu un mythe, dans l’histoire du journalisme et des Etats-Unis.

Mark Felt était l’un des protégés du légendaire chef du FBI John Edgar Hoover, mort quelques semaines avant le cambriolage du Watergate. Il se voyait comme un successeur ; et Bob Woodward a confirmé qu’il avait été très déçu d’avoir été supplanté par Patrick Gray, considéré comme un homme du président Nixon. La guerre au sein du FBI entre les anciens de l’époque Hoover et la nouvelle équipe est l’une des causes des fuites, tout comme le conflit entre le FBI et la CIA, dont plusieurs collaborateurs ont participé au Watergate.

Le nom de Mark Felt a longtemps été évoqué, dans la quête de Deep Throat, mais il avait toujours nié. Mardi, l’ancien secrétaire d’Etat Lawrence Eagleburger, membre de la Maison Blanche sous Nixon, a déclaré sur CNN que Nixon soupçonnait Felt. L’ex-collaboratrice de Nixon, Monica Crowley, l’a confirmé sur MSNBC.

"MY FRIEND"

L’hypothèse Mark Felt est devenue sérieuse, en 1999, quand le journal Hartford Courant a publié un article l’identifiant comme Deep Throat sur la base du témoignage et des recherches d’un jeune étudiant de 18 ans, Chase Culeman-Beckman, ancien camarade du fils de Carl Bernstein. Il prétendait que celui-ci lui avait dit que Mark Felt était Gorge profonde. Et appuyait sa démonstration sur le fait que la source de Woodward, avant de tirer son nom d’un film pornographique en vogue à l’époque, était connue sous le surnom de "My Friend" (mon ami) qui reprenait les initiales de Mark Felt. La thèse a été balayée par Carl Bernstein et son ancienne femme, Nora Ephron, tout comme par Woodward.

Quelques années plus tard, le magazine en ligne Slate a révélé que Bob Woodward avait rendu une mystérieuse visite à Mark Felt en 1999, après la parution de l’article du Hartford Courant.

C’est par cette visite que commence le récit de Vanity Fair. La fille de Mark Felt raconte comment Woodward est venu frapper à la porte, sans s’annoncer, pour inviter à déjeuner son père. Après l’avoir pris pour un des "chasseurs de Deep Throat", qui téléphonaient régulièrement, elle a été surprise de constater que son père était ravi de voir "Bob" . Les deux hommes ont déjeuné et englouti quelques Martini ­ Deep Throat est décrit comme buvant sec dans Les Hommes du président. Et le secret de Deep Throat a tenu six ans de plus. Mais la visite a intrigué la fille qui a questionné plus avant son père. Sans reconnaître qu’il était la source des journalistes, il est devenu moins évasif. Comme l’a dit à plusieurs reprises Bob Woodward, Deep Throat a caché son identité à sa famille.

L’auteur de l’article de Vanity Fair, l’avocat John D. O’Connor, raconte qu’il s’était rendu compte au cours d’un dîner que l’un des amis de sa fille, Nick Jones, était le petit-fils de Mark Felt. Il l’avait alors interrogé : "Tu savais que ton grand-père était Gorge profonde ?" Nick Jones lui avait alors confié que sa famille commençait à avoir de sérieux doutes. Vanity Fair raconte comment sa famille a convaincu Felt qu’il ne devait pas avoir honte de ce qu’il avait fait.

La révélation de l’identité de Gorge profonde va peut-être reconstituer le couple le plus célèbre du journalisme. Les deux anciens confrères ­ - Carl Bernstein a quitté le Post en 1976, il est aujourd’hui collaborateur de Vanity Fair ­ - se sont retrouvés mardi soir au domicile de Woodward.

JPEG - 19.1 ko

L’ancien numéro deux du FBI, Mark Felt, qui a reconnu être "gorge profonde " dans l’affaire du Watergate, lors d’une apparition télévisé sur CBS, le 30 août 1976. AP

Un "cambriolage" qui débouche sur la destitution de Richard Nixon

AFP

Le scandale du Watergate, une affaire d’écoutes téléphoniques illégales, a entraîné pour la première fois la démission d’un président américain, le républicain Richard Nixon.

17 juin 1972 : cinq cambrioleurs sont surpris au quartier général du Parti démocrate dans l’immeuble du Watergate à Washington. Ils venaient ajuster des micros posés trois semaines plus tôt.

6 novembre 1972 : réélection triomphale du président Nixon.

7 février 1973 : constitution d’une commission d’enquête du Sénat alors que les révélations de la presse, notamment du Washington Post, sur les implications de la Maison Blanche dans les écoutes illégales se font de plus en plus précises.

13 juillet 1973 : Alexander Butterfield, l’ancien secrétaire personnel du président, révèle que Nixon a enregistré toutes les conversations tenues dans le bureau ovale de la Maison Blanche depuis 1971.

20 octobre 1973 : M. Nixon congédie le procureur indépendant Cox, chargé de l’enquête sur le Watergate, après avoir refusé de lui transmettre certains enregistrements.

30 octobre 1973 : ouverture d’une procédure de destitution par le Congrès contre M. Nixon.

8 août 1974 : M. Nixon annonce sa démission.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :