mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Dassault se rapproche de Thales dans les drones (avions sans (...)

Dassault se rapproche de Thales dans les drones (avions sans pilote)

AFP

vendredi 15 juin 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Dassault Aviation va se rapprocher du groupe d’électronique professionnelle Thales pour faire de nouvelles propositions de développement de drones (avions sans pilote) de surveillance et de combat, a déclaré vendredi son PDG Charles Edelstenne.

Dassault envisage notamment de participer à l’adaptation française du système Watchkeeper de surveillance que Thales fournit à la Grande-Bretagne dans le cadre d’un contrat signé en 2005, a indiqué M. Edelstenne lors d’une conférence de presse avant le Salon aéronautique du Bourget (18-24 juin).

Cette coopération devrait aussi déboucher sur une proposition de drone Male (moyenne altitude longue endurance), capable de voler à moyenne altitude pendant 24 heures.

Un projet baptisé "euromale" avait été conclu entre Dassault et EADS mais n’a pas vu le jour. "Cet accord est caduc, ce n’est pas de notre fait, nous nous sommes rapprochés de Thales pour faire des propositions au gouvernement français", a ajouté M. Edelstenne.

Dassault est déjà chef de file d’un projet européen de démonstrateur de drones de combat, baptisé Neuron.

Les pays membres (Espagne, France, Italie, Grèce, Suède et Suisse), ont décidé le 12 juin de passer de la phase de faisabilité à la phase de définition de l’engin pendant 19 mois, un investissement de 130 millions d’euros.

Cette phase sera suivie de la réalisation et de l’assemblage du démonstrateur, pour un premier vol programmé au premier semestre 2011.

Les industriels partenaires de Dassault (Thales, Alenia, Saab, EADS Casa, HAI, Ruag Aerospace) ont travaillé pendant plus d’un an sur la première phase de faisabilité du programme lancé au début 2006.

Ces projets dans les drones permettent de "développer l’activité des bureaux d’études, de conserver leurs capacités et leur savoir-faire dans l’attente du du développement d’une nouvelle génération d’avions de combat qui ne devrait pas donner lieu à un projet majeur avant 2020", selon M. Edelstenne.

La coopération internationale en cours "préfigure aussi ce que pourra être la coopération européenne car nous avons la conviction que la future génération ne pourra se faire qu’en coopération, a-t-il ajouté.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :