mercredi 20 septembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Algérie : Annonçant une libération prochaine des Algériens détenus à (...)

Algérie : Annonçant une libération prochaine des Algériens détenus à Guantanamo, Medelci minimise les risques de terrorisme chimique en Algérie

Ghada Hamrouche, le Tribune

mardi 19 juin 2007, sélectionné par Spyworld

logo

« L’Algérie a pris toutes les dispositions pour que le risque du terrorisme chimique soit [tout à fait mineur]. »

C’est la déclaration faite hier par le chef de la diplomatie algérienne, en marge de la cérémonie célébrant le 10ème anniversaire de l’entrée en vigueur de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques. Le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, n’a pas été du tout avare en informations.

De la Convention pour l’interdiction des armes chimiques et jusqu’aux détenus algériens à Guantanamo en passant par le terrorisme chimique, le chef de la diplomatie algérienne n’a pas hésité à évoquer tous ces sujets avec les journalistes qui l’ont abordé. « Personne n’est à l’abri du risque du terrorisme chimique et l’Algérie a pris toutes les dispositions afin que ce risque soit tout à fait mineur », a précisé M. Medelci à la presse. Il a ajouté, dans ce même contexte, que « nous allons vers un risque zéro dans un monde particulièrement ouvert », soulignant cependant qu’« il faut rester vigilant ».

En ce sens, il a estimé que « la question du terrorisme chimique est devenue, de nos jours, une préoccupation majeure de la communauté internationale », relevant que « la coopération et la prévention, à travers des approches solidaires et concertées, pourront nous préserver contre toute utilisation potentielle de ces armes par des acteurs non étatiques ». L’évocation du terrorisme a amené le ministre des Affaires étrangères à parler des Algériens détenus à Guantanamo. Ces derniers, au nombre de 26, selon le président du CNPPDH, sont suspectés par les Etats-Unis pour accointances avec Al Qaïda.

Pour, M. Medelci, l’Algérie n’exclut pas la libération prochaine de ces Algériens détenus sur cette base américaine qui échappe à toute légalité. « Nous n’excluons pas que des premiers résultats se traduisent par la libération de certains parmi les Algériens qui sont détenus à Guantanamo », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, « Des informations précises nous seront données dans les prochaines heures », a-t-il encore ajouté.

Lors d’une visite à Alger, en avril dernier, l’ambassadeur itinérant américain, M. Clint Williamson, a indiqué avoir discuté avec les responsables de notre pays de la situation des prisonniers algériens détenus à la base américaine de Guantanamo, exprimant le voeu de son pays « de voir cette base fermée ».


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :