jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Pékin arrête pour "espionnage" le correspondant d’un journal de (...)

Pékin arrête pour "espionnage" le correspondant d’un journal de Singapour

Brice Pedroletti, le Monde

vendredi 3 juin 2005, sélectionné par Spyworld

logo

A quelques jours du 16e anniversaire du massacre de Tiananmen, la nouvelle de l’arrestation de Ching Cheong, 55 ans, correspondant en chef pour la Chine du quotidien anglophone de Singapour le Straits Times, et basé à Hongkong, a créé un nouveau précédent, pour les journaux étrangers, en matière de répression des libertés de la presse en Chine. En septembre 2004, un collaborateur chinois du New York Times avait été arrêté. Il est toujours en détention.

Les journalistes originaires de Hongkong, rattachée à Pékin en 1997, et de Singapour bénéficiaient jusqu’alors d’une relative liberté dans leur couverture de la Chine. Ils étaient en tout cas beaucoup moins exposés à l’arbitraire de Pékin que leurs confrères locaux.

Selon les déclarations de son employeur, Ching Cheong aurait été arrêté le 22 avril à Canton. C’est lundi que la Chine a fait connaître officiellement sa détention, révélant ensuite que le journaliste avait avoué s’être livré à des activités d’espionnage pour une puissance étrangère, et avoir reçu à cette fin d’importantes sommes d’argent.

Selon les déclarations de son épouse, Mary Lau, en contact téléphonique depuis le début avec son mari, Ching Cheong s’était rendu à Canton pour récupérer, afin de le faire publier, un manuscrit d’entretiens avec Zhao Ziyang, l’ancien secrétaire général du Parti communiste écarté du pouvoir après les événements du 4 juin 1989 pour s’être opposé à la répression du mouvement pro-démocratie. Il serait tombé en fait dans un piège tendu par les agents de la sécurité publique chinoise.

CONVERSATIONS ENTRE AMIS

L’auteur du manuscrit en question est Zong Fengming, 85 ans, un proche de Zhao Ziyang et son maître attitré de qiqong (gymnastique respiratoire). Le document regrouperait les conversations que les deux amis ont échangées pendant dix ans jusqu’à la mort de Zhao en janvier après seize ans de résidence surveillée. Zong Fengming a assuré à l’Agence France-Presse que le manuscrit serait un jour publié, mais démenti qu’il avait organisé une rencontre avec Ching Cheong.

Autant dire qu’un tel brûlot a tout lieu d’inquiéter les autorités chinoises, qui ont maintenu, en janvier, au strict minimum les informations autour du décès de Zhao Ziyang et craignent plus que tout de raviver la mémoire de 1989. Peut-être Pékin a-t-il aussi des comptes à régler avec le journaliste, ancien correspondant à Pékin pendant les années 1980 du quotidien procommuniste de Hongkong, le Wen Wei Po. Choqué par les événements du 4 juin 1989, M. Ching avait alors démissionné et créé à Hongkong Contemporary, un magazine critique envers la Chine. L’entreprise a fait long feu : les annonceurs craignaient à l’époque de se mettre la Chine à dos. Ching Cheong a ensuite rejoint le Straits Times, qui vante aujourd’hui son professionnalisme et promet de le soutenir.

La mobilisation de l’opinion publique hongkongaise et des associations de défense de la liberté de la presse en faveur du journaliste emprisonné, qui a le statut de résident permanent de Hongkong, pourrait être un test pour les autorités du territoire. Donald Tsang, le candidat choisi par Pékin pour devenir le nouveau chef de l’exécutif local ­ a priori sans surprises puisque Pékin contrôle le comité d’élection ­ a pour l’instant refusé de recevoir l’épouse du journaliste.

D’autres responsables du gouvernement local s’avouent, eux, impuissants face aux obligations du principe "un pays, deux systèmes" . Or, selon le dernier sondage d’opinion sur l’éducation civique, plus de la moitié des personnes interrogées considèrent que la situation des droits de l’homme à Hongkong s’est détériorée depuis la rétrocession. Reporters sans frontières estime que 32 journalistes sont actuellement sous les verrous en Chine.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :