samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Un deuxième engin piégé trouvé à Londres

Un deuxième engin piégé trouvé à Londres

AFP

vendredi 29 juin 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Un deuxième engin piégé a été découvert vendredi à Londres, à Park Lane, a annoncé la BBC, citant de hauts responsables non identifiés, alors qu’une voiture piégée a été neutralisée plus tôt dans la journée dans la capitale britannique.

Le chef de la section antiterroriste de Scotland Yard, Peter Clarke, devait faire une déclaration à 19H45 GMT, selon un communiqué.

La police a fermé tout l’après-midi l’avenue de Park Lane, dans le centre ville et fouillait un véhicule suspect dans un souterrain de Park Lane.

Londres est en alerte depuis la découverte dans la nuit d’un véhicule piégé dans le quartier de Haymarket.

La Mercedes a été trouvée près d’une discothèque appelée "Tiger, Tiger" vers 02h00 locales (01h00 GMT). La police avait été alertée, selon M. Clarke, par des services d’ambulance qui s’étaient rendus sur place pour soigner un malade et ont cru voir de la fumée sortir du véhicule.

La nouvelle ministre de l’Intérieur, Jacqui Smith, a reconnu que la voiture aurait pu causer un nombre "considérable" de victimes si elle avait explosé.

Elle contenait "une quantité importante d’essence dans de grands récipients" - 60 litres selon une source policière -, des "bonbonnes de gaz" et "un grand nombre de clous", a expliqué le chef de la section antiterroriste de Scotland Yard, Peter Clarke.

La Mercedes a été trouvée près d’une boîte de nuit appelée "Tiger, Tiger" vers 02h00 locales (01h00 GMT). La police avait été alertée, selon M. Clarke, par des services d’ambulance qui s’étaient rendus sur place pour soigner un malade et ont cru voir de la fumée sortir du véhicule.

Un témoin, Rajeshree Patel, a indiqué qu’il y avait environ 500 personnes dans la boîte de nuit quand elle a été évacuée, sur la chaîne de télévision BBC.

M. Clarke a souligné qu’il était trop tôt pour dire si la boîte de nuit était effectivement la cible, ou "spéculer" sur les "responsables" de cette opération, déjouée huit jours avant la date anniversaires des attentats du 7 juillet 2005.

Haymarket est situé dans le West End, le quartier touristique de Londres, où sont concentrés la plupart des théâtres. Aux alentours immédiats de l’endroit où la voiture a été découverte se trouvent la boîte de nuit, des restaurants, des cinémas, un centre commercial et des bureaux.

L’accès à toute la zone a été fermé. Dans l’après-midi, la police a fait évacuer une partie du plus grand parc londonien, Hyde Park, après avoir clos l’avenue proche de Park Lane en raison de la présence d’un véhicule suspect dans un parking sous-terrain.

La police continuait à fouiller ce véhicule dans la soirée. M. Brown a appelé la population à "rester en alerte" à tout instant. Il a précisé que la vigilance devrait être maintenue pour les prochains jours.

Mme Smith a demandé au public de signaler tout fait ou comportement suspect à la police.

Les enquêteurs comptent sur les nombreuses caméras de vidéosurveillance pour retrouver la trace du conducteur, qui s’est enfui.

Le comité "Cobra", qui rassemble en cas de crise touchant à la sécurité nationale les responsables ou représentants des principaux organes du gouvernement, les services de renseignement (MI5, MI6) et Scotland Yard, s’est réuni dans la matinée.

Mme Smith a présidé le comité puis ensuite informé le Cabinet (les principaux ministres), qui s’est réuni pour la deuxième fois depuis sa formation jeudi.

Dans huit jours, Londres doit marquer le deuxième anniversaire des attentats suicide du 7 juillet 2005, qui avaient fait 56 morts, dont leurs quatre auteurs, dans les transports en commun de Londres.

La Grande-Bretagne est actuellement au niveau "grave" d’alerte antiterroriste, indiquant que la menace d’attentat est considérée comme "très probable" par le MI5, les services de renseignement intérieurs.

Selon une source gouvernementale, la police étudie d’éventuels liens avec un réseau international, la méthode employée vendredi ayant des similarités avec celle utilisée par les insurgés en Irak.

Elle rappelle aussi au moins un complot déjoué par le passé en Grande-Bretagne.

Un musulman britannique, Dhiren Barot, avait été condamné à la prison à vie en novembre pour avoir envisagé de faire exploser trois limousines remplies de bonbonnes de gaz et d’explosifs dans des parkings souterrains.

En novembre, l’ex-chef du MI5, Elizabeth Manningham-Buller, avait révélé que ses services avaient eu connaissance de près de 30 complots et en avaient déjoué "cinq très importants" depuis les attentats du 7 juillet.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :