mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > NTV diffuse le témoignage d’un Russe recruté par les services (...)

NTV diffuse le témoignage d’un Russe recruté par les services britanniques

AFP

samedi 30 juin 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La chaîne de télévision russe NTV a diffusé vendredi l’interview d’un ancien agent russe, Viatcheslav Jarko, affirmant avoir travaillé pour le Mi-6, les services secrets de Sa Majesté, et l’avoir avoué au FSB (ex-KGB).

Dans un long reportage, "Agent Secret", diffusé par NTV, un homme russe d’une quarantaine d’années se présente comme un "ancien membre des services spéciaux russes" et décrit comment le Mi-6 l’a recruté pour des travaux d’"analyse" de la situation politique en Russie et lors de la révolution en Ukraine en 2004.

Viatcheslav Jarko affirme que deux agents britanniques sont entrés en contact avec lui par l’entremise d’Alexandre Litvinenko, un ancien agent du FSB passé dans l’opposition au Kremlin et réfugié à Londres où il est mort en novembre 2006 empoisonné au polonium 210, une matière radioactive rare.

Le FSB avait annoncé mardi qu’un Russe, dont il n’avait précisé ni l’identité, ni l’âge ni la profession, s’était présenté à lui pour avouer, en relation avec l’affaire Litvinenko, une collaboration avec les services de renseignements britanniques.

Le service de presse du FSB a confirmé à l’AFP le nom et les informations diffusés dans le reportage de NTV.

L’agent présumé indique avoir été payé 2.000 euros par mois par le Mi-6 et avoir rencontré "une fois tous les deux mois" son agent traitant à Istanbul où il se rendait de Russie via un pays tiers.

Le Russe a cité les noms d’au moins quatre britanniques (Martin Flint, Paul, Leo et John Callaghan), présentés comme des agents du Mi-6. Selon NTV, John Callaghan était en poste pour le Mi-6 de 1998 à 2001 sous couverture diplomatique à l’ambassade de Grande-Bretagne à Moscou.

"Ils voulaient savoir qui, dans l’ambassade de Grande-Bretagne à Moscou travaillait pour les services secrets russes", selon M. Jarko.

Ces révélations sont faites alors qu’une certaine tension prévaut depuis plusieurs semaines entre Moscou et Londres en ce qui concerne leurs services de renseignements.

La justice britannique réclame en vain l’extradition d’un ancien agent du KGB, Andreï Lougovoï, qu’elle soupçonne d’implication dans l’empoisonnement au polonium de Litvinenko.

M. Lougovoï a accusé Litvinenko et le milliardaire russe controversé Boris Berezovski, également réfugié à Londres, d’avoir été recrutés par les services spéciaux du Royaume-Uni.

Le FSB a placé la nouvelle affaire d’espionnage dans le contexte de celle de l’assassinat de Litvinenko.

Le Russe, a expliqué le FSB, a choisi de se confesser parce qu’il avait été contacté, juste après la conférence de presse de Lougovoï, par le contre-espionnage britannique qui lui a demandé une rencontre d’urgence.

"J’ai eu beaucoup de plaisir à travailler avec les Britanniques mais c’est le passé", dit M. Jarko dans l’interview.

Alexandre Litvinenko est décédé le 23 novembre à Londres à l’âge de 43 ans, trois semaines après un empoisonnement au polonium 210, une substance hautement radioactive et rarissime.

Andreï Lougovoï et son partenaire Dmitri Kovtoun, avaient rencontré Litvinenko trois semaines avant sa mort, le 1er novembre, dans un hôtel londonien.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :