mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Scotland Yard sur le qui-vive à Londres

Scotland Yard sur le qui-vive à Londres

Reuters

samedi 30 juin 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La police britannique était samedi sur le qui-vive au lendemain de la découverte de deux voitures piégées en plein centre touristique de Londres, dont les explosions auraient pu faire des centaines de victimes.

Des sources proches des services de renseignement ont indiqué que la piste menant à des activistes utilisant les mêmes méthodes qu’Al Qaïda devenait de plus en plus sérieuse.

"Le sentiment que ce projet est d’inspiration islamiste (...) se renforce progressivement", a déclaré un responsable sous couvert de l’anonymat.

Scotland Yard a indiqué avoir renforcé son dispositif de sécurité dans la capitale en vue des importants événements qui auront lieu à Londres ces prochains jours.

Le cortège de la Gay-Pride sera particulièrement encadré samedi après-midi et la police gardera un oeil attentif sur le bon déroulement des Internationaux de Grande-Bretagne de Wimbledon, dont la finale est programmée dans un peu plus d’une semaine.

"Les forces de l’ordre seront présentes en nombre suffisant pour chacun de ces événements", a déclaré un porte-parole de la police londonienne. "La sécurité est la première de nos priorités", a-t-il ajouté.

"EN COLERE"

La présence de patrouilles de police est visible dans les rues de Londres, notamment devant les bâtiments publics, mais les Londoniens et les touristes semblent s’accommoder de cette situation.

"On est en sécurité partout et nulle part. Cela ne m’a pas empêcher d’écourter mon séjour ici", a confié une touriste mexicaine de 49 ans, Ivonne Geller.

"Je suis juste en colère contre les méthodes de ces personnes qui tentent de faire du mal à des innocents", a-t-elle ajouté, flânant devant l’une des plus grandes discothèques de la capitale où avait été découverte vendredi matin la première voiture piégée.

La bombe était placée à l’intérieur d’une Mercedes verte et le dispositif comprenait des bonbonnes de gaz, de l’essence et une grande quantité de clous.

La voiture piégée était garée devant le "Tiger Tiger", club londonien non loin de Piccadilly Circus, et avait attiré l’attention d’ambulanciers, intrigués par la présence de fumée s’échappant du véhicule.

Durant la fouille de la berline, les policiers ont retrouvé un téléphone mobile qui aurait pu servir selon des experts à la mise à feu du dispositif.

Quelques heures plus tard, un second véhicule chargé d’essence et de clous a été retrouvé à une centaine de mètres de la première voiture, alors que la fourrière s’apprêtait vendredi à l’aube à le remorquer pour infraction aux règles de stationnement.

SITE INTERNET ISLAMISTE

Soulignant le lien évident entre les deux voitures piégées, Scotland Yard a indiqué que leur explosion aurait causé la mort de nombreuses victimes.

Le quartier de Haymarket Street où les deux bombes ont été désamorcées est aussi l’un des secteurs les plus surveillés de la capitale.

La police a indiqué que des centaines d’heures de bandes enregistrées par des caméras de vidéosurveillance étaient passées au cribles par des équipes d’experts afin d’identifier un ou plusieurs suspects.

La chaîne de télévision américaine ABC a rapporté qu’une image "tout à fait claire" d’un suspect avait été d’ores et déjà identifiée, mais Scotland Yard n’a pas confirmé cette information.

Les enquêteurs ont en revanche indiqué qu’une piste menant à un site internet islamiste annonçant depuis jeudi que Londres allait être touchée par des attentats était prise au sérieux, selon des informations rapportées par la chaîne de télévision CBS, également américaine.

Un utilisateur du site Al Hesbah annonçait régulièrement depuis deux jours l’imminence d’attentats à Londres et ses messages répétés ont attiré l’attention de Scotland Yard.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :