mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Software > SAP fait son mea culpa face aux accusations d’Oracle

SAP fait son mea culpa face aux accusations d’Oracle

Trends.be

mardi 3 juillet 2007, sélectionné par Spyworld

logo

SAP, le géant allemand des logiciels pour entreprise, a avoué mardi qu’une de ses filiales avait téléchargé de manière « inadéquate » des informations de son concurrent Oracle. L’éditeur de progiciels allemand rejette cependant les accusations de vols de logiciels formulées en mars dernier par Oracle.

SAP, leader mondial des logiciels de gestion, le concède : une de ses filiales, TomorrowNow, a bien téléchargé des informations de son concurrent Oracle. Et ce, de manière « inadéquate ». Selon SAP, il ne s’agit toutefois pas d’espionnage industriel.

Oracle avait introduit une action en justice en mars dernier aux Etats-Unis contre SAP. Oracle se serait rendu compte de la fraude en novembre 2006 en constatant « une activité de téléchargement anormalement élevée sur deux lignes de produits, PeopleSoft et JD Edwards ». Entre septembre 2006 et janvier 2007, l’éditeur américain affirme avoir enregistré plus de 10.000 téléchargements interdits. Cet accès massif à ses serveurs aurait été effectué via des codes d’accès clients expirés ou près de l’être. Pour le téléchargement, c’est une adresse texane de TomorrowNow, filiale de SAP fondée par des anciens de PeopleSoft, qui aurait été employée. Oracle estime avoir été victime d’espionnage industriel.

SAP s’est dit prêt à collaborer avec la justice. Le groupe a annoncé la nomination d’un nouveau directeur exécutif à la tête de TomorrowNow, Mark White, PDG de SAP America.

Cette accusation de vol de secrets industriels illustre la bataille que se livre les deux groupes. Oracle, numéro deux du marché, ne cache pas son ambition de détrôner SAP.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :