dimanche 23 avril 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Ben Barka aurait été un espion au service de Prague

Ben Barka aurait été un espion au service de Prague

Nouvelobs.com

mercredi 4 juillet 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Des archives secrètes révèlent que le leader de l’opposition marocaine kidnappé à Paris en 1965 aurait servi la Tchécoslovaquie à partir de 1961. Il aurait notamment transmis des documents émanant de la Sdece, ex-DGSE.

Medhi Ben Barka, disparu en 1965 à Paris à la suite de son enlèvement, aurait été un agent rémunéré des services secrets tchécoslovaques au début des années 60, affirme dans son dernier numéro L’Express. Le leader de l’opposition marocaine en exil aurait été approché à Paris dès avril 1960 par un membre du StB (services secrets tchécoslovaques, équivalent du KGB soviétique), selon des archives secrètes (1.150 pages). Elles ont été découvertes en Tchécoslovaquie, à Prague, par un journaliste tchèque. L’Express publie certaines pages sous forme de fac-similés.

Informations confidentielles françaises transmises à Prague

Selon l’hebdomadaire, la rémunération de Ben Barka par le StB a débuté après un voyage à Prague. Ce dernier, qui fut président de la Tricontinentale (rassemblant des Etats qui venaient d’accéder à l’indépendance et des mouvements de libération), aurait reçu 1.500 francs par mois, à partir de l’automme 1961. Ben Barka aurait remis au StB des documents qu’il présente alors comme venant du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage français (Sdece, devenu DGSE). Le leader marocain aurait également multiplié les séjours à Prague où il aurait suivi une formation spécialisée (codes, liaisons radio, filature...) en mars 1965, sept mois avant son enlèvement à Paris.

"Contradiction avec le personnage de Ben Barka"

Pour l’historien Gilles Perrault, auteur d’un ouvrage sur Henri Curiel qui était membre de la Tricontinentale et proche de Ben Barka, ces révélations de L’Express sont "en contradiction totale avec le personnage de Ben Barka, chef de l’opposition marocaine". Gilles Perrault a ajouté qu’il "ne voyait pas très bien l’utilité de Ben Barka pour les services tchèques, d’autant plus que sa dimension mondiale aurait plutôt voulu qu’il soit recruté par le KGB". Ben Barka a disparu le 29 octobre 1965, devant la brasserie Lipp à Paris (VIe), lors d’une opération menée par les services marocains du roi Hassan II avec la complicité de policiers et de truands français. Cette affaire retentissante n’a jamais été totalement élucidée malgré deux instructions judiciaires. Le corps de Ben Barka n’a toujours pas été retrouvé et les conditions de sa mort n’ont pas été établies.

Mehdi Ben Barka (Sipa)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :