dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Royaume-Uni : L’alerte terroriste baissée d’un niveau

Royaume-Uni : L’alerte terroriste baissée d’un niveau

AP

jeudi 5 juillet 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Les autorités britanniques ont abaissé mercredi le niveau d’alerte au risque terroriste, ramené de critique à sérieux. La ministre de l’Intérieur appelle la population à demeurer "vigilante".

Le gouvernement britannique a rabaissé mercredi 4 juillet le niveau d’alerte au risque terroriste, le ramenant de "critique" à "sérieux". L’alerte avait été renforcée samedi après les attentats manqués de Glasgow et de Londres.

Le niveau "sérieux", en vigueur depuis août 2006, signifie que de nouvelles attaques sont jugées probables. Le niveau "critique" indique que de nouvelles attaques sont considérées comme imminentes.

La ministre de l’Intérieur Jacqui Smith a souligné dans un communiqué que le fait de rabaisser d’un cran le niveau d’alerte "ne signifie pas que la menace générale soit passée". "Une menace sérieuse et réelle continue de peser sur le Royaume-Uni et je demande une nouvelle fois à la population de rester vigilante", a-t-elle insisté.

Des terroristes employés dans le secteur de la santé

Cette décision intervient alors qu’un chanoine britannique travaillant à Bagdad affirme avoir reçu un mystérieux avertissement d’un chef d’Al-Qaïda, plus de deux mois avant les événements. "Ceux qui vous soignent vont vous tuer", lui aurait lancé ce responsable qu’il aurait rencontré en privé après une réunion à Amman en avril avec des dirigeants religieux et tribaux sunnites.

Cette mise en garde prend une dimension nouvelle à la lumière d’une enquête qui a pour l’heure aboutie à l’arrestation de huit personnes, toutes identifiées comme des médecins, des membres du personnel médical ou des étudiants en médecine. Le Premier ministre britannique Gordon Brown a d’ailleurs annoncé mercredi un accroissement des contrôles des étrangers souhaitant occuper des emplois qualifiés en Grande-Bretagne et un passage en revue des méthodes de recrutement des personnels de santé.

Les principaux responsables arrêtés

D’après un responsable des services de sécurité britanniques, les enquêteurs estiment avoir mis la main sur les principaux auteurs du complot, bien que d’autres personnes ayant pu jouer un rôle en périphérie -dont au moins un suspect d’origine britannique-, soient toujours recherchées.

Mercredi, de nouvelles informations ont été diffusées sur les suspects appréhendés. Plusieurs d’entre eux figuraient sur une liste des services de sécurité intérieure du MI5, selon un représentant du gouvernement britannique. L’un de ces hommes aurait mis en ligne sur Internet un commentaire condamnant les caricatures danoises du prophète Mahomet, a rapporté "The Evening Standard". On ignore pourquoi les autres suspects apparaissaient sur la liste du MI5. Un suspect, le médecin irakien Bilal Abdulla, aurait entretenu des liens avec des groupes islamistes radicaux et plusieurs autres auraient été liés à des extrémistes radicaux présents dans la base de données du MI5, selon "The Times".

Préparation des attaques sur le web

Bilal Abdulla aurait reçu un avertissement verbal de la part de ses employeurs au Royal Alexandra Hospital, près de Glasgow, pour avoir passé trop de temps sur Internet, d’après des membres du personnel de l’établissement. Ce qui laisse suggérer que les hommes pourraient avoir projeté de commettre les attaques, via le web.

La police a saisi plusieurs ordinateurs dans des hôpitaux à Glasgow, Stoke-on-Kent et Liverpool.

Outre Bilal Abdulla, figurent parmi les huit suspects deux médecins venant d’Inde -dont un arrêté lundi à Brisbane en Australie-, un du Liban, un de Jordanie et -son épouse, assistante médicale. Un autre médecin et un étudiant en médecine, qui seraient originaires du Moyen-Orient, peut-être d’Arabie saoudite-, comptent parmi les huit personnes arrêtées. Pour l’heure, aucune accusation n’a été retenue contre elles.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :