jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Attentats en GB : 4 médecins interrogés en Australie

Attentats en GB : 4 médecins interrogés en Australie

Reuters

vendredi 6 juillet 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La police australienne enquête en soutien à la police de Londres, après avoir saisi des éléments de preuve, dont des ordinateurs.

La police australienne a perquisitionné deux hôpitaux de l’Etat d’Australie occidentale dans le cadre de l’enquête ouverte sur l’arrestation d’un médecin indien expatrié soupçonné d’avoir partie liée aux récents attentats déjoués à Londres et Glasgow, a-t-on appris vendredi 6 juillet.

Un deuxième médecin fait également l’objet d’une enquête dans cet Etat, a annoncé un responsable de la police fédérale, le commissaire Mick Keelty.

Quatre médecins indiens ont été interrogés et remis en liberté dans le cadre de l’enquête, qualifiée de difficile, complexe, couvrant trois Etats de l’Australie et ayant des ramifications internationales.

Personne n’a, pour le moment, été inculpé en Australie.

"Nous avons saisi du matériel similaire à celui trouvé au Queensland", a ajouté le policier à propos des perquisitions opérées dans un hôpital de Perth et un autre établissement situé dans la cité minière de Kalgoorlie.

30.000 dossiers examinés

Jeudi, un juge du Queensland a prolongé jusqu’à lundi soir la garde à vue du Dr Mohamed Haneef, un jeune médecin indien arrêté une semaine plus tôt en vertu de la législation antiterroriste à l’aéroport de Brisbane alors qu’il tentait de gagner l’étranger.

Mick Keelty a indiqué que les enquêteurs collectaient des informations sur le jeune homme avant de reprendre les interrogatoires lundi.

Les détectives passent notamment au crible quelque 30.000 dossiers renfermés dans son ordinateur portable ainsi que dans la carte Sim de son téléphone portable laissée à l’un des suspects des attentats au Royaume-Uni.

Possible extradition

D’après le commissaire Keelty, le Dr Haneef a toutes les chances d’être extradé en Grande-Bretagne si des charges sont retenues contre lui.

Les autorités hospitalières de l’Australie occidentale ont par ailleurs révélé que deux jeunes médecins soupçonnés d’avoir trempé dans les attentats en Grande-Bretagne avaient fait acte de candidature pour travailler dans cet Etat australien.

Leurs demandes avaient été rejetées faute de références suffisantes.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :