jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Washington récuse des nouvelles « preuves » d’espionnage de Mme (...)

Washington récuse des nouvelles « preuves » d’espionnage de Mme Esfandiari

AFP

dimanche 15 juillet 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Les États-Unis ont ironisé mercredi sur les nouvelles « preuves » évoquées par le pouvoir judiciaire iranien pour justifier la détention depuis deux mois de l’universitaire irano-américaine Haleh Esfandiari, accusée d’activités contre la sécurité de l’État.

« Quelles que soient les prétendues preuves qu’ils ont dénichées, elles sont à peu près aussi crédibles que les précédentes », a déclaré le porte-parole du département d’État, Sean McCormack. « Tout ceci est sans fondement ».

Le porte-parole du pouvoir judiciaire iranien, Alireza Jamshidi, a fait état mardi de la découverte de nouvelles « preuves » accablant Mme Esfandiari, 67 ans, arrêtée début mai par les autorités locales et détenue dans la prison d’Evine, au nord-ouest de Téhéran.

L’universitaire âgée de 67 ans, résidant aux États-Unis, s’était rendue en Iran en décembre pour rendre visite à sa mère malade.

Les autorités iraniennes ont arrêté en mai deux autres Irano-américains, le sociologue Kian Tajbakhsh et l’homme d’affaires Ali Shakeri, sur la base de charges similaires.

La presse conservatrice iranienne affirme que les trois détenus font partie d’une opération menée à l’instigation des services secrets américains afin de mener une « révolution de velours » dans la République islamique.

Une quatrième Irano-américaine, qui n’est pas détenue mais dont le passeport a été confisqué, la journaliste Parnaz Azima, est accusée de collaborer avec une radio américaine « contre-révolutionnaire ».

« Ces gens, et notamment Mme Esfandiari, tentent de jeter des ponts entre le peuple iranien et le monde extérieur », a déclaré M. McCormack. « Il n’y a aucune raison qu’on leur interdise de quitter le pays ».

« Je ne peux pas vous expliquer les motivations du gouvernement iranien pour ne pas les laisser partir, mais le fait est qu’ils devraient être autorisés à rentrer chez eux et à retrouver leur famille », a-t-il conclu.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :