lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Décision sur le 2e porte-avions attendue pour la fin de l’année

Décision sur le 2e porte-avions attendue pour la fin de l’année

Reuters

dimanche 15 juillet 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre de la Défense, Hervé Morin, a confirmé que Français et Britanniques prendraient une décision "à la fin de l’année" sur la mise en chantier d’un deuxième porte-avions, projet qui "n’est pas abandonné".

Hervé Morin a pris samedi matin un petit-déjeuner avec son homologue britannique Desmond Browne, convié à Paris pour le défilé militaire du 14-Juillet, qui réunissait pour la première fois cette année des détachements des 27 pays de l’Union européenne.

"Nous avons la même volonté de faire ce second porte-avions, pour nous, et pour eux d’avoir un groupe aéronaval", a-t-il assuré sur France 2.

"Nous voulons mener ce programme en coopération industrielle parce qu’il y a des économies colossales à effectuer. (...) A la fin de l’année, nous aurons une vision assez claire. Nous nous inscrivons dans cette perspective-là. Est-ce que ce sera octobre, novembre, décembre, janvier ? Peu importe", a-t-il dit.

"Nous allons continuer à travailler sur le projet, preuve que pour nous il n’est pas abandonné", a ajouté Hervé Morin.

S’agissant du budget français de la Défense, dont Nicolas Sarkozy souhaite qu’il se maintienne "autour de 2%" du PIB, Hervé Morin a réaffirmé la nécessité d’économies.

"DES DECISIONS DIFFICILES A PRENDRE"

"2% de la richesse nationale, ce n’est pas grand’chose comme assurance-vie, comme capacité pour la France de pouvoir rester dans les nations qui comptent à travers le monde", a-t-il expliqué.

"Compte tenu de la totalité des programmes dans lesquels nous nous sommes engagés, ça risque de ne pas suffire parce qu’on a fait un effort énorme de 2002 à 2007 pour rattraper une situation passée qui n’était vraiment pas bonne", a-t-il poursuivi.

"Cet effort-là, maintenant, nous avons si je puis dire à le payer, c’est-à-dire qu’on fasse des études, des programmes, des développements de ces programmes aux périodes de livraison et de fabrication. Quand il s’agit de payer chacun de ces équipements, la facture devient lourde, et donc il faut faire des choix", a justifié Hervé Morin.

"Faire des choix, c’est aussi pour nous faire des économies pour qu’on puisse améliorer la condition militaire et lancer éventuellement un certain nombre de programmes dont nous avons besoin", a-t-il ajouté sans plus de détails.

Interrogé sur TF1, Nicolas Sarkozy a confirmé que le nouvel exécutif aurait "des décisions difficiles à prendre" en la matière.

"Nous les prendrons. La sécurité de la France et des Français, c’est ma première responsabilité et les choix seront faits en fonction de cette responsabilité. Le monde est instable, le monde est dangereux, je dois assumer cette responsabilité et les conséquences de cette situation", a-t-il déclaré.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :