mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > La CIA protège les soldats-randonneurs américains aux Pays-Bas

La CIA protège les soldats-randonneurs américains aux Pays-Bas

AFP

mardi 17 juillet 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La randonnée de quatre jours réunissant des dizaines de milliers de randonneurs chaque année à Nimègue (est des Pays-Bas), dont 4.600 militaires en 2007, est surveillée par des agents de la CIA inquiets pour la sécurité des soldats américains, a rapporté mardi la presse.

"Contre l’avis des autorités néerlandaises, des agents de sécurité (de la CIA, ndlr) et du personnel de l’Agence d’intelligence de la défense (DIA) sont envoyés pour surveiller les militaires américains" participant à la randonnée qiu a débuté mardi, écrit le quotidien Het Algemeene Dagblad (AD), citant des sources judiciaires.

"Certains participent à la marche déguisés en militaires, d’autres sont présents comme civils et là, certains sont aussi armés, disent des sources judiciaires", poursuit l’AD.

Parmi les militaires y participant figurent 1.713 Néerlandais, 936 Britanniques et 65 Américains, précise le journal. "Les autorités britanniques confient la protection de leurs militaires aux Néerlandais", ajoute-t-il.

Selon les services secrets néerlandais (AIVD), le risque d’un attentat sur des militaires pendant la marche est "minime, mais pour exclure toute éventualité, des dispositions limitées sont prises" par les autorités néerlandaises, selon le journal.

Interrogés par l’AD, ni la CIA, ni la DIA, ni l’ambassade américaine aux Pays-Bas n’ont voulu commenter ces informations.

La marche de Nimègue réunit quotidiennement environ 40.000 personnes qui se voient proposer différentes distances sur un circuit autour de la ville. Ce chiffre fait de ce rassemblement annuel d’amateurs, qui en est à sa 91e édition, un des plus importants au monde.

En 2004, deux hommes de nationalité libyenne et syrienne avaient été arrêtés une semaine avant le début de la manifestation, accusés de planifier des attentats, avant d’être relaxés. L’un d’eux avait même été dédommagé par la justice néerlandaise car l’enquête n’avait permis de trouver aucune preuve à son encontre.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :