dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Affaire Litvinenko : la Russie va expulser quatre diplomates (...)

Affaire Litvinenko : la Russie va expulser quatre diplomates britanniques

Nouvelobs.com

jeudi 19 juillet 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Londres juge injustifiée cette décision, prise en représailles de l’expulsion de quatre diplomates russes par la Grande-Bretagne. La Russie refuse d’extrader le principal suspect du meurtre de l’ancien espion du KGB.

La Russie va expulser quatre diplomates britanniques en représailles à l’expulsion d’un nombre équivalent de diplomates russes par Londres dans l’affaire Litvinenko, a annoncé jeudi 19 juillet le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Mikhaïl Kamynine. "Une note déclarant persona non grata quatre collaborateurs de l’ambassade britannique à Moscou a été remise officiellement à l’ambassadeur de Grande-Bretagne", at-il précisé. Cette annonce a été jugée "complètement injustifiée" par la Grande-Bretagne, dont le secrétaire au Foreign Office David Miliband s’est dit "déçu".

Fin de la coopéreration pour la "lutte contre le terrorisme"

Moscou a également décidé de ne plus accorder de visas aux "fonctionnaires" britanniques et que les responsables officiels russes ne se rendraient plus en Grande-Bretagne. La Russie cesse par ailleurs de coopérer avec la Grande-Bretagne dans le domaine de la "lutte contre le terrorisme" en réponse aux mesures prises par Londres dans l’affaire Litvinenko, a-t-il dit. La Grande-Bretagne a annoncé lundi qu’elle allait expulser quatre diplomates russes en réponse au refus de Moscou d’extrader le principal suspect du meurtre d’Alexandre Litvinenko, un ancien agent russe proche de Boris Berezovski, décédé à Londres en novembre 2006.

"Mauvaise surprise" de l’UE

De son côté, le représentant de la Russie auprès de l’UE, Vladimir Tchijov, a estimé jeudi que la réaction de l’UE dans la crise russo-britannique était une "mauvaise surprise" et qu’elle allait "affecter" les relations russo-européennes. La présidence portugaise de l’UE s’est dite mercredi "déçue" que la Russie ne "coopère pas de façon constructive avec les autorités britanniques" dans l’enquête sur le meurtre de l’ex-agent russe Alexandre Litvinenko. "La déclaration de la présidence portugaise de l’Union européenne a constitué une mauvaise surprise pour nous", a déclaré Vladimir Tchijov depuis Bruxelles. "Cela va inévitablement affecter les relations entre la Russie et l’UE", a-t-il ajouté.

Principal suspect

L’ambassadeur de la Russie à Londres, Iouri Fedotov, a réaffirmé que son pays "tenait" à sa relation avec la Grande-Bretagne, dans une lettre publiée jeudi dans le Times, et soutenu que son pays n’était pas impliqué dans l’assassinat de l’opposant au Kremlin, Alexandre Litvinenko. Andreï Lougovoï, ex-membre du KGB reconverti dans les affaires, est considéré par Scotland Yard comme le principal suspect de l’empoisonnement mortel au polonium (une substance radioactive rarissime) d’Alexandre Litvinenko. Scotland Yard a annoncé par ailleurs mercredi avoir arrêté, en juin à Londres, un homme soupçonné d’être lié à un complot pour assassiner l’homme d’affaires russe Boris Berezovski. Quelques heures auparavant, Boris Berezovski avait accusé le président russe Vladimir Poutine d’avoir personnellement ordonné un complot pour l’assassiner.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :