dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > « Sans l’agilité/paralysie stratégique, le cycle du renseignement est (...)

« Sans l’agilité/paralysie stratégique, le cycle du renseignement est inefficace, voire contre-productif »

Nicolas Moinet, Maître de conférence à l’Institut de la Communication et des nouvelles Technologies de l’Université de Poitiers, Propos recueillis par Imen Hazgui

mardi 7 août 2007, sélectionné par Spyworld

logo

(Easybourse.com) Qu’est ce que la théorie de l’agilité/ paralysie stratégique ?

Cette théorie a été développée par le pilote de chasse américain John Boyd, avant d’être théorisée à la fin des années 70. Elle consiste à rechercher comment une entreprise peut être plus agile et comment elle peut parvenir à paralyser son adversaire.

La théorie est centrée sur la boucle OODA : Observation, Orientation, Décision, Action. Et plus exactement sur deux boucles OODA : la sienne et celle de son concurrent. Le but est de rétrécir sa propre boucle en instaurant l’harmonie dans son organisation afin d’obtenir un avantage relatif. Pour cela, il est essentiel que la boucle OODA de l’autre soit moins harmonieuse. Il est donc important de bien connaître le fonctionnement de l’autre et éventuellement d’agir pour que sa boucle OODA soit moins efficace, voire perturbée (« déception »).

Cette vision relative de la prise de décision éclaire et relativise le cycle du renseignement que nous enseignons dans les masters d’intelligence économique depuis 10 ans et qui sert souvent de référence dans les cellules de veille des entreprises. Plus fondamentalement, la question est de passer de la seule performance à la pertinence : comment bien décider, c’est-à-dire plus rapidement et avec plus de justesse que l’autre.

Nous accumulons des milliers d’informations sur tout l’environnement des stakeholders, sur la géopolitique, la géostratégie… Mais que faire de ces informations ? Dans une économie de l’information basée sur l’abondance et non sur la rareté, l’enjeu est de savoir comment traiter et utiliser efficacement l’ensemble de ces informations pour les transformer en connaissances, compétences et décisions stratégiques.

Pourquoi cette théorie n’est-elle pas davantage mise en avant ou enseignée ?

Certaines entreprises mettent-elles en place concrètement cette démarche ?

Le but de la théorie est d’avoir un dispositif intelligent et de perturber le dispositif de l’adversaire. Comment le paralyser ?

Pourriez-vous nous donner des exemples ?

Finalement, quelle relation cette théorie entretient-elle avec le cycle de l’information ?

Lire la suite

Nicolas Moinet - Maître de conférence à l’Institut de la Communication et des nouvelles Technologies de l’Université de Poitiers


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :