lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le missile russe aurait été "largué", pas tiré

Le missile russe aurait été "largué", pas tiré

Reuters

mercredi 8 août 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Dans la confusion, le pilote de l’appareil russe, se serait débarrassé de son missile après avoir été pris dans des tirs d’éléments séparatistes au sol en Ossétie du Sud.

Le missile non explosé retrouvé lundi en territoire géorgien a été largué et non pas tiré par un avion russe alors qu’il quittait l’espace aérien géorgien, a-t-on déclaré mercredi 8 août à Reuters de source proche des enquêteurs géorgiens.

Dans la confusion, le pilote de l’appareil russe, dit-on de même source, s’est débarrassé de son missile après avoir été pris dans des tirs d’éléments séparatistes au sol en Ossétie du Sud. "Nous disposons des premiers résultats de l’enquête, selon lesquels les forces d’Ossétie du Sud ont tiré un missile Strela en direction du chasseur, qui était entré dans l’espace aérien géorgien en provenance de Russie", a-t-on dit.

"Le pilote du chasseur a décidé de se débarrasser d’un missile guidé qu’il avait à bord", a-t-on poursuivi de même source. "Il ne l’a pas tiré, mais l’a largué. Cela explique pourquoi le missile n’a pas explosé".

"Acte d’agression" pour Tbilissi

Mardi, la Géorgie s’est déclarée victime d’un "acte d’agression" de la part de la Russie, affirmant que deux chasseurs russes avaient survolé son territoire la veille au soir et largué un missile guidé à 65 km de la capitale Tbilissi.

La Russie, de son côté, dément que son aviation ait pénétré dans l’espace aérien de son voisin méridional.

Des responsables russes ont laissé entendre que des avions géorgiens pouvaient avoir tiré le missile en question sur leur propre territoire, afin d’en accuser la Russie et de provoquer des tensions.

Le président géorgien Mikhaïl Saakachvili a estimé mardi que le missile s’inscrivait dans un contexte d’agressions russes contre ses voisins européens, et a appelé les pays européens à condamner Moscou.

L’Union européenne, mercredi, a demandé tout comme Washington à Tbilissi et à Moscou de faire preuve de retenue après cet incident


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :