dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Des espions à l’aide les soldats canadiens

Des espions à l’aide les soldats canadiens

Presse Canadienne

vendredi 10 août 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Des espions du Service canadien du renseignement de sécurité sont dans la région de Kandahar, en Afghanistan, depuis quelques mois, afin d’aider les soldats canadiens à déjouer les combattants talibans, selon La Presse.

Des vies auraient été épargnées grâce à leurs efforts.

Des documents obtenus par le journal en vertu de la Loi sur l’accès à l’information révèlent que ces espions se mêlent fréquemment à la population civile dans l’espoir d’obtenir des informations privilégiées au sujet des talibans et de leurs caches d’armes. Ils refilent ensuite ces renseignements aux commandants des troupes canadiennes pour qu’ils puissent modifier leur stratégie sur le terrain.

Au cours des derniers mois, le SCRS a d’ailleurs intensifié ses efforts de recrutement afin d’envoyer des agents en Afghanistan. Des offres ont également été soumises aux employés en poste au Canada pour effectuer un séjour dans ce pays.

Dans une note datée du 14 décembre et envoyée au ministre de la Sécurité publique, Stockwell Day, le directeur du SCRS, Jim Judd, affirme sans ambages que les activités d’espionnage des agents de son organisation ont évité au Canada d’encaisser de plus lourdes pertes humaines.

M. Judd y affirme que « tous les commandants militaires des troupes qui ont fait la rotation ont constamment louangé le travail accompli par le SCRS et ont noté que les renseignements secrets obtenus ont indubitablement permis de sauver plusieurs vies humaines ».

Mélisa Leclerc, directrice des communications du ministre Stockwell Day, a confirmé à La Presse que des agents du SCRS se trouvent en Afghanistan depuis quelque temps. Mais elle a refusé de donner plus de détails sur leur nombre ou sur la nature de leur travail.

Contrairement à l’envoi de militaires, celle d’espions du SCRS n’a jamais fait l’objet de débats à la Chambre des communes, pour des raisons évidentes de sécurité. Leur présence était jusqu’à maintenant inconnue.

Le critique libéral en matière de défense, Denis Coderre, s’est d’ailleurs dit étonné d’apprendre que des espions canadiens se trouvaient en Afghanistan. M. Coderre souligne que « l’actuel sous-ministre de la Défense, Ward Elcock, est l’ancien patron du SCRS ».

Quelque 2300 soldats canadiens font la lutte aux talibans dans la région de Kandahar, la province la plus dangereuse d’Afghanistan. D’ici peu, la majorité du contingent sera composé du 22e régiment de Valcartier. Jusqu’à maintenant, 66 militaires et un diplomate canadiens ont perdu la vie depuis le début de la mission.

Les espions refilent leurs renseignements aux commandants des troupes canadiennes pour qu’ils puissent modifier leur stratégie sur le terrain. - © PC


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :