dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Chesnot évoque la libération d’un otage et son debriefing par la (...)

Chesnot évoque la libération d’un otage et son debriefing par la DGSE

AFP

dimanche 12 juin 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Christian Chesnot, ex-otage en Irak, s’est remémoré les conditions de sa propre libération, et en particulier le moment à la fois éprouvant et libératoire de l’entretien ("debriefing") avec les services de renseignement de la DGSE, à propos de la libération de Florence Aubenas et Hussein Hanoun.Le journaliste et ancien otage s’est dit "super-content" de l’annonce de cette libération. "On a toujours gardé espoir" mais il y a toujours une inquiétude parce que "pour un otage il n’y a que deux solutions, la libération ou l’exécution", maintenant elle est libérée, c’est "génial", a-t-il dit dimanche sur LCI."Juste après la libération, on a le debriefing, c’est très rapide. On a juste le temps de boire une petite coupe de champagne avec l’ambassadeur" et on est interrogé par "un agent de la DGSE venu spécialement de Paris qui pose tout un tas de questions et puis on a assez envie de parler après cette période de confinement".L’agent de la DGSE demande "des détails sur les lieux, sur des choses que vous vous rappelez, si vous avez remarqué des plaques d’immatriculation, si vous vous êtes situés par rapport à votre lieu de détention (...) c’est très éprouvant mais en même temps on a tellement envie de parler, et puis c’est pour la bonne cause"."Ce qui est important c’est ce premier témoignage", qu’on livre "avant d’être +pollué+ par les journaux, par la famille", a ajouté le journaliste de Radio France.Se rappelant son retour en France, juste avant Noël en compagnie de Georges Malbrunot après 124 jours de détention, Christian Chesnot dit n’avoir pas eu vraiment de "sentiment d’euphorie" pendant le voyage."On est comme dans un sas de décompression, c’est seulement en posant le pied sur le sol à Villacoublay que j’ai eu le sentiment d’être libre""l’émotion m’a envahi et, de ce moment-là, je m’en souviendrai toute ma vie".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :