vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le premier char Leopard 2 rate son entrée en scène

Le premier char Leopard 2 rate son entrée en scène

Martin Ouellet, AP

jeudi 16 août 2007, sélectionné par Spynews

logo

Le premier char de combat Leopard 2 arrive à l’aérodrome de Kandahar. (PC PHOTO/Martin Ouellet) KANDAHAR, Afghanistan (PC) - Nouveau joyau de l’armée canadienne, le premier char de combat Leopard 2 débarqué jeudi à l’aérodrome de Kandahar a donné quelques ennuis à ses opérateurs qui ne sont pas parvenus à actionner sa tourelle.

"C’est un petit pépin technique qui prend 15 minutes à réparer", ne cessait de répéter à qui veut l’entendre l’officier d’affaires publiques, le capitaine de corvette Hubert Genest, manifestement préoccupé par la tournure des événements. Selon les explications fournies par les forces canadiennes, un simple ajustement du mécanisme actionnant le cran de sécurité de la tourelle - le compartiment du tank où se trouve le canon - permettra de régler le problème.

Mais cet ennui technique n’est pas le seul pépin rencontré par les officiers d’affaires publiques qui avaient prévu un scénario réglé au quart de tour pour souligner en grande pompe l’arrivée en Afghanistan du premier d’une série de 20 tanks Leopard 2 prêtés au Canada par l’Allemagne. En outre, l’appareil Antonov transportant le char allemand a atterri à l’aérodrome de Kandahar avec plus de deux heures de retard, suscitant une impatience chez ceux qui s’étaient déplacés aux petites heures du matin pour assister à l’événement. Si tout se passe comme prévu, 19 autres de ces mastodontes blindés de 62 tonnes prêtés par l’armée allemande seront livrés en Afghanistan dans les prochaines semaines pour augmenter la puissance de feu des troupes canadiennes en mission dans le sud du pays. Les Leopard 2 ont une meilleure puissance de feu, une plus longue portée, une plus grande mobilité et un blindage supérieur aux Léopard 1, vieux de 30 ans, que possède le Canada. Malgré leur niveau élevé d’avancement technologique, ces véhicules, tout comme les Léopard 1, ne sont pas munis de climatiseurs alors qu’ils s’apprêtent à être déployés dans un environnement où la température ambiante dépasse encore ces jours-ci les 45 degrés centigrades.

Pour éviter qu’ils ne s’effondrent sous la chaleur accablante ou extrême, les quatre membres d’équipage - pilote, tireur, chargeur et chef d’équipe - porteront des "vestes de refroidissement", branchées au véhicule, et dans lesquelles circulent de l’eau glacé. "Je ne sais pas si c’est le meilleur moyen mais je peux vous dire que ça marche", a lancé le capitaine Craig Volstad, du corps blindé, lorsque questionné par les journalistes sur l’efficacité de ce système. Les tankistes canadiens profitent de ces "vestes de refroidissement" depuis un mois et demi, après avoir été des mois prisonniers d’une véritable fournaise blindée. Plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs souffert de déshydratation en raison de la chaleur extrême règnant dans le Leopard 1.

Du reste, le commandant adjoint de la Force opérationnelle interarmées en Afghanistan, le colonel Christian Juneau, estime que les nouveaux tanks Leopard 2, adaptés spécialement pour résister aux mines et aux bombes artisanales, offriront une meilleure protection pour les soldats du corps blindé. "Présentement, les forces ennemies ont des armes qui pourraient percer un tank et blesser les soldats à l’intérieur. En ayant un véhicule qui offre une meilleure protection, on vient augmenter les chances de survie de l’équipage", a-t-il dit au sujet des tankistes qui proviennent principalement de Valcartier, Edmonton et Petawawa. Mais dans la province de Kandahar, ce sont rarement les chars qui sont la cible des poseurs de bombe artisanale, la plus grande menace pesant sur les soldats. Ce sont plutôt les véhicules de transport des troupes, plus vulnérables, qui sont pris en embuscade, comme les véhicules blindés légers (VBL), les RG-31 et les Bisons. Néanmoins, le commandant adjoint est convaincu que la présence accrue de chars ultra modernes pour ouvrir la voie aux soldats dans les secteurs les plus dangereux de la province de Kandahar augmentera le niveau de sécurité et de confiance des troupes. "Avec une capacité nettement supérieure de tir et de mobilité, je peux vous dire qu’en tant que fantassin, je suis content d’être précédé par un tank et plus le tank est gros, plus il tire loin, plus il est blindé, plus je me sens en sécurité", a-t-il expliqué. La livraison des 20 tanks allemands n’est qu’une première étape du renouvellement complet de la flotte de chars du Canada. A compter de l’automne 2008, soit quelques mois à peine avant l’expiration de l’engagement du gouvernement fédéral envers l’Afghanistan - février 2009 - les forces armées canadiennes commenceront à recevoir les premiers d’une série de 100 chars Leopard 2, "légèrement usagés", achetés des Pays-Bas. Tous ces nouveaux chars remplaceront les Leopard 1. Le coût total d’acquisition est de 640 millions $.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :

1 Message

  • Le premier char Leopard 2 rate son entrée en scène 18 février 2010 21:50, par Christian Hansen

    Pourquoi n’avoir pas choisi le Leclercq, réputé (par les Français, of course) le meilleur du monde ? Il faut dire que sa mécanique est tellement fiable que les Emirats ( seuls clients extérieurs) ont fait installer le MTU allemand. Comme le B1Bis de 1940, le Leclercq est brillant sur papier mais moins sur le terrain.