samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Missile en Géorgie : des experts russes rejettent les conclusions (...)

Missile en Géorgie : des experts russes rejettent les conclusions d’une enquête

AFP

vendredi 17 août 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Un groupe d’experts russes arrivé jeudi à Tbilissi pour enquêter sur le tir d’un missile le 6 août sur le territoire de la Géorgie a rejeté les conclusions d’une enquête internationale que leur ont présentées les Géorgiens, estimant qu’elles n’étaient "pas convaincantes".

Les envoyés russes ont rencontré des responsables du ministère géorgien de la Défense. Ces responsables leur ont communiqué des données qui sont selon eux les résultats de l’enquête menée à la demande de Tbilissi par des experts militaires de Lettonie, de Lituanie, de Suède et des Etats-Unis.

Selon Tbilissi, ces résultats confirment la position géorgienne selon laquelle le missile, tombé sans exploser le 6 août à environ 60 kilomètres de Tbilissi, a été tiré par un avion russe entré dans l’espace aérien de la Géorgie.

Cette version est catégoriquement rejetée depuis le début par la Russie, qui affirme qu’aucun avion russe n’a violé l’espace aérien géorgien et qu’il s’agit d’une manipulation de Tbilissi.

"Le but de cette rencontre était de présenter à nos partenaires géorgiens les données de nos radars, qui montrent clairement que l’aviation russe n’a pas violé l’espace aérien géorgien", a déclaré à la presse l’envoyé spécial russe Valery Keniaikine après la rencontre.

"Les affirmations de la partie géorgienne ne sont pas assez documentées et les informations présentées par nos partenaires géorgiens n’ont pas été convaincantes", a poursuivi M. Keniaikine.

Il a indiqué que les enquêteurs russes resteraient deux jours en Géorgie et qu’ils visiteraient le terrain sur lequel le missile de 4,8 mètres de long est tombé.

L’enquête demandée par la Géorgie s’appuie sur des témoignages, sur des données radar et sur un rapport de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) qui n’a pas été publié mais dont Tbilissi affirme qu’il soutient sa position face à la Russie.

La mission de l’OSCE en Géorgie s’est refusée à commenter la publication de son rapport, censé rester confidentiel.

Selon les responsables géorgiens, l’enquête internationale conclut qu’un avion non identifié est entré par trois fois dans l’espace aérien de la Géorgie depuis la Russie et a tiré le missile lors de son dernier passage.

L’enquête, qui confirme qu’un missile anti-radar Kh-58 de fabrication russe est tombé sur un terrain près du village de Tsitelubani, n’indique pas le type de l’avion, mais déclare que les avions géorgiens ne sont pas équipés pour pouvoir transporter des missiles Kh-58.

Le premier vice-Premier ministre russe Sergueï Ivanov a déclaré samedi que le tir de missile était "une mise en scène" de Tbilissi.

Un expert examine le 7 août 2007 les débris du missile tombé à Tsiteloubani, à 60 km de la capitale géorgienne Tbilissi - Vano Shlamov (AFP)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :