dimanche 10 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > L’empoisonnement d’un ancien espion russe a laissé des traces à (...)

L’empoisonnement d’un ancien espion russe a laissé des traces à Londres, selon un rapport

Jill Lawless, AP

vendredi 17 août 2007, sélectionné par Spyworld

logo

L’empoisonnement par un isotope radioactif de l’ancien espion russe Alexandre Litvinenko a provoqué une contamination dans Londres qui a nécessité l’intervention de la police et des autorités sanitaires, entraînant des dépenses de plus de trois millions de livres sterling (4,4 millions d’euros).

Des radiations ont été détectées dans des endroits divers après la mort d’Alexandre Litvinenko, notamment dans un taxi et un club de strip-tease, selon un rapport dévoilé vendredi par le conseil municipal de Westminster.

M. Litvinenko, 43 ans, un opposant au Kremlin qui avait reçu l’asile en Grande-Bretagne, est décédé le 23 novembre dans un hôpital de Londres, trois semaines après avoir été victime d’un empoisonnement au polonium-210, un isotope radioactif rare.

Le conseil municipal de Westminster, dont l’autorité s’étend sur une grande partie du centre de Londres, était responsable de la gestion des conséquences de cet assassinat sur la santé publique.

Les autorités ont examiné plus d’un millier de personnes et 47 sites suspectés d’avoir été contaminés après la mort de l’ancien espion. Des traces de radiation ont été retrouvées dans 27 endroits, dont un taxi, un restaurant marocain et huit avions, selon le Conseil de Westminster.

Le conseil municipal dit avoir dépensé 250.000 livres sterling (370.000 euros) pour nettoyer les sites contaminés, pendant que l’Agence de protection sanitaire dépensait deux millions de livres sterling (2,9 millions d’euros) pour examiner des gens et des sites en raison des risques de radiation. L’enquête de la police a coûté un million de livres sterling (1,45 millions d’euros) de plus.

La mort de M. Litvinenko a déclenché une crise entre Londres et Moscou. Les autorités britanniques ont réclamé l’extradition d’Andreï Lougovoï, ex-agent du KGB, en vue de son inculpation pour meurtre dans cette affaire. Moscou a refusé toute extradition. L’homme d’affaires russe Andreï Lougovoï a assuré de son innocence, estimant que la décision de la justice britannique de l’inculper était motivée par des raisons politiques.

Juste avant sa mort, M. Litvinenko avait accusé le président russe Vladimir Poutine d’être impliqué dans son empoisonnement, une affirmation démentie par le Kremlin.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :