mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > L’affaire de l’ex-espion russe a coûté 3 millions de livres à (...)

L’affaire de l’ex-espion russe a coûté 3 millions de livres à la Grande-Bretagne

AFP

vendredi 17 août 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Les autorités britanniques ont dépensé à ce jour 3 millions de livres (4,4 millions d’euros) pour faire face aux suites de l’empoisonnement fatal à l’ex-agent russe Alexandre Litvinenko, qui a déclenché une crise diplomatique entre Londres et Moscou.

Scotland Yard a consacré près d’un million de livres (1,5 million d’euros) à l’enquête sur le meurtre de Litvinenko au polonium 210, une substance radioactive rarissime, selon un rapport publié vendredi par la municipalité de Westminster City, une circonscription de Londres.

L’ancien agent du FSB, les services spéciaux russes, entré dans l’opposition au président russe Vladimir Poutine et qui avait obtenu la nationalité britannique, est mort le 23 novembre dernier.

L’agence de protection sanitaire britannique a dépensé deux autres millions de livres (2,9 millions d’euros) pour vérifier la contamination potentielle au polonium de plus de 1.000 personnes et de 47 lieux, dont 27 ont été testés positifs.

Le rapport révèle l’existence de quatre sites contaminés, jamais mentionnés auparavant. Il s’agit notamment d’un club de lap-dancing où dansent des entraîneuses et d’un restaurant marocain qu’ont apparemment fréquenté certains des protagonistes de l’affaire.

Des traces de l’isotope ont été trouvées sur des sièges et des coussins du Hey Jo, un "gentlemen club" populaire chez les hommes d’affaires russes.

Des traces de polonium ont aussi été découvertes sur une pipe à eau du restaurant Dar Marrakesh, dans la Mercedes de Litvinenko et dans un taxi londonien.

Le polonium a la particularité de laisser beaucoup de traces, fournissant aux enquêteurs des indices sur les mouvements des suspects de l’empoisonnement dans des hôtels, des restaurants et huit avions.

Scotland Yard soupçonne un ex-membre du KGB, Andreï Lougovoï, d’être le principal instigateur de l’empoisonnement de Litvinenko.

Moscou a refusé d’extrader M. Lougovoï, se retranchant derrière sa Constitution, ce qui a poussé Londres à annoncer l’expulsion de quatre diplomates russes le 16 juillet comme mesure de rétorsion.

La Russie a répondu par une mesure similaire.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :