jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > La Russie reprend ses vols militaires stratégiques

La Russie reprend ses vols militaires stratégiques

AFP

samedi 18 août 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé vendredi la reprise immédiate des vols de bombardiers stratégiques russes "sur une base permanente", renouant ainsi avec une pratique de la Guerre froide.

"Nous avons décidé de renouer avec les vols de l’aviation stratégique russe sur une base permanente. Les avions seront déjà dans les airs aujourd’hui à minuit" heure de Moscou (20h00 GMT), a-t-il déclaré à Tchebarkoul (Oural).

"En 1992, la Russie a mis fin de façon unilatérale aux vols de son aviation stratégique (...) Malheureusement, tout le monde n’a pas suivi notre exemple, et des vols stratégiques menés par d’autres Etats continuent", a dit M. Poutine, dans une apparente référence aux Etats-Unis.

"Cela crée certains problèmes pour assurer la sécurité de la Russie", a-t-il déclaré.

"Les patrouilles auront lieu dans des zones d’intense activité maritime et économique de la Russie", a précisé M. Poutine.

Cette annonce d’une reprise des vols "sur une base permanente" signifie que la Russie aura de nouveau, mobilisés en tout temps dans les airs, des bombardiers stratégiques capables de transporter des missiles nucléaires.

Ces vols de bombardiers stratégiques à long rayon d’action avaient été arrêtés en 1992, après la chute de l’URSS, en raison du manque de financement de l’armée. Depuis, seules des missions ponctuelles avaient repris.

Les Etats-Unis ont choisi de traiter par le dédain cette reprise des vols de bombardiers stratégiques.

"C’est une décision qui leur revient. C’est intéressant", a simplement déclaré le porte-parole du département d’Etat, Sean McCormack, faisant remarquer que les Russes disposaient de "vieux appareils".

M. Poutine a fait son annonce à Tchebarkoul où il assistait, aux côtés notamment du président chinois Hu Jintao, à des manoeuvres militaires spectaculaires de l’Organisation de coopération de Shanghaï (OCS), qui ambitionne de faire contrepoids aux Etats-Unis et à l’Otan.

Avant même l’annonce officielle par M. Poutine de la reprise des vols stratégiques "sur une base permanente", la Russie a multiplié ces dernières semaines les sorties de ses bombardiers.

Le 20 juillet, l’armée norvégienne a signalé des bombardiers russes en mer du Nord, volant à des latitudes "inhabituelles" entre la Norvège et la Grande-Bretagne, provoquant l’envoi de chasseurs norvégiens et britanniques.

Début août, deux Tu-95 russes ont affolé les radars américains en venant narguer des chasseurs américains au large de la base de Guam, dans le Pacifique.

Et cette semaine, les Etats-Unis ont annoncé que les bombardiers russes multipliaient les missions, toujours plus près des côtes américaines.

L’armée de l’air russe s’est en effet livrée cette semaine à des exercices au-dessus de l’océan Atlantique, de l’océan Pacifique et du pôle Nord, pour y tirer des missiles de croisière.

Ivan Safrantchouk, expert militaire du Centre pour les informations de défense à Moscou, voit dans l’annonce du président Poutine un signe supplémentaire de la volonté russe de retrouver son statut perdu de grande puissance, notamment militaire.

"Les militaires russes ont toujours été favorables à la poursuite de ces vols, mais le financement n’était pas suffisant (dans les années 1990). On ne les reprenait pas pour des raisons économiques et pour ne pas irriter les Etats-Unis", rappelle-t-il.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :