mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Coup d’envoi du programme de drones de combat de Dassault au (...)

Coup d’envoi du programme de drones de combat de Dassault au Bourget

AFP, via Ixarm

lundi 13 juin 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Le coup d’envoi au programme européen de recherche mené par Dassault Aviation sur un avion de combat sans pilote a été donné lundi par le président français Jacques Chirac lors de l’inauguration du salon du Bourget.Une maquette grandeur nature de ce futur drone de combat, dénommé Neuron et ressemblant à une énorme chauve-souris noire tout droit sortie d’un film de science-fiction, a été dévoilée lors de la visite du président de la République sur le stand de l’avionneur français au Bourget.Saluant à cette occasion les délégations des six pays qui participent à "ce beau projet pour l’aviation de demain", M. Chirac a souhaité au Neuron "une très belle réussite".Il s’agit pour Dassault Aviation, le père des avions de combat Mirage et Rafale, de démontrer la faisabilité d’un appareil de ce type, dont un exemplaire sera construit et devra voler d’ici 2010.La maîtrise d’oeuvre de ce programme d’un montant de 400 millions d’euros a été confié à l’avionneur français, mais cinq autres pays ont décidé de le rejoindre : la Suède, l’Italie, la Grèce, l’Espagne et la Suisse.La France devra en financer la moitié, le reste étant supporté par les autres pays associés."Tous les accords industriels" sont signés, a précisé un porte-parole de Dassault Aviation au Bourget.Les groupes suédois Saab, grec HAI (Hellenic Aerospace Industry), italien Alenia (Finmeccanica), espagnol EADS Casa et suisse Ruag, se sont ainsi engagés dans l’aventure.Le feu vert au lancement industriel du programme sera donné dès que l’ensemble des accords étatiques auront été ratifiés, a ajouté le porte-parole, précisant que le parlement suédois ne l’avait pas encore fait.La ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie avait annoncé la décision de la France de se lancer dans les drones de combat avec ce projet d’UCAV (Unmanned Combat Aerial Vehicles) lors du précédent salon du Bourget, en juin Le but de ce programme est de permettre aux bureaux d’étude européens participants de rester dans la course technologique, dans l’attente de la prochaine génération d’avions de combat dont les programmes seront lancés vers 2015 pour aboutir en 2030.Le projet est ouvert à la coopération européenne mais semble avoir fait le plein avec les six participants actuels.La Grande-Bretagne s’est orientée vers un coopération avec les Etats-Unis et l’Allemagne "affiche des projets mais n’a pas de programme", a commenté Charles Edelstenne, Pdg de Dassault Aviation vendredi lors de la conférence de presse pré-Bourget.La Russie s’est intéressée au programme UCAV mais n’a pas donné suite.Le groupe européen d’aéronautique et de défense EADS qui a de son côté obtenu la maîtrise d’oeuvre d’un autre programme, portant sur le drone d’observation EuroMale, a signé un accord de coopération avec Dassault Aviation pour préparer l’aviation du futur.Les deux groupes se sont ainsi spécialisés, l’un dans les drones de combat, l’autre dans les drones d’observation.Dassault Aviation continue de son côté de croire à l’avenir des avions pilotés."Je ne pense pas que les UCAV puissent totalement remplacer les avions de combat", a estimé Charles Edelstenne, vendredi."Dans l’avenir les avions de combat non pilotés seront utilisés dans les zones dangereuses, pour des missions d’attaque ou de bombardement mais on aura toujours besoin d’avions de combat pilotés, notamment pour des missions de protection de l’espace aérien", a-t-il fait valoir.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :