mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > « L’intelligence économique est tout d’abord un état (...)

« L’intelligence économique est tout d’abord un état d’esprit »

Alain Juillet, Haut responsable en charge de l’intelligence économique auprès du Premier ministre au Secrétariat Général de la Défense Nationale (SGDN), Propos recueillis par Imen Hazgui, Easybourse.com

lundi 27 août 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Où est votre politique d’intelligence économique ? Quels sont les principaux obstacles rencontrés dans le déploiement de cette politique ? Après trois ans et demi de mise en oeuvre on peut dire que la politique d’intelligence économique se déploie convenablement, en ligne avec notre plan d’action et nos prévisions. Dans certains domaines nous avançons très vite car cela correspond à un besoin identifié, dans d’autres c’est plus lent car il faut d’abord expliquer et convaincre, mais comme disait le philosophe : là où il y a une volonté il y a un chemin.

Il faut être conscient que l’intelligence économique c’est d’abord un état d’esprit fait de volonté d’ouverture sur les autres, de prise en compte des réalités, de capacité de remise en cause permanente pour être compétitif par rapport au reste du monde. C’est aussi la compréhension de l’intérêt du travail en réseau qui vous fait découvrir que l’on est plus fort à plusieurs que tout seul. Ce n’est pas évident chez nos compatriotes qui sont pétris d’individualisme et d’une histoire dans laquelle nous faisions la course en tête avec quelques autres grandes puissances.

Peut-on aujourd’hui parler d’une intelligence économique européenne ? Qu’en est-il des synergies entre les Etats membres de l’Union dans ce domaine ? Quel est notre positionnement vis-à-vis des Etats-Unis et des autres grandes puissances économiques, notamment la Chine ?

L’intelligence économique est la maîtrise et la protection de l’information stratégique qui donne la possibilité au chef d’entreprise d’optimiser sa décision. Selon vous, l’intelligence économique intègre-t-elle également la stratégie d’influence ? Pourquoi ?

Que fait l’appareil d’Etat pour accroître la compréhension et la prise en compte de l’intelligence économique par nos PME/PMI ? En cela, où en est l’intelligence territoriale ?

Qu’en est-il d’une centralisation de toutes les informations de l’État en un seul point ?

Vous aviez pour objectif d’établir un programme pour l’enseignement de l’intelligence économique. Qu’en est-il de ce projet ? Quels sont les principaux critères qui ont été définis ?

Quelle est la position de la France dans la guerre économique qui se déroule à l’heure actuelle. Nos entreprises, petites et moyennes, nos administrations vous semblent-elles bien armées pour décoder la réalité de l’information, savoir distinguer les éventuelles manipulations, tirer partie des mouvements de l’adversaire pour le déséquilibrer, protéger leur patrimoine ?

Aujourd’hui chacun veille soigneusement à ce que les informations restent chez lui. Or, le partage de l’information s’oppose à la culture du secret, de quelle manière tentez-vous de réagir sur ce point ?

Lire l’interview


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :