lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Moscou prêt à installer de "nouveaux équipements" militaires en (...)

Moscou prêt à installer de "nouveaux équipements" militaires en Biélorussie

Le Monde

mardi 28 août 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La Russie serait prête à installer en Biélorussie de nouveaux équipements militaires, y compris nucléaires. L’annonce en a été faite, lundi 27 août, par l’ambassadeur de Russie en Biélorussie, Alexandre Sourikov. Selon les informations du journal russe Kommersant, Minsk ne serait pas contre.

"La Russie et la Biélorussie peuvent prendre une décision sur la création de nouveaux équipements militaires, y compris nucléaires. Bien sûr, pour réaliser ce projet, il faudra atteindre un certain niveau d’intégration et de coopération", a déclaré Alexandre Sourikov.

La Russie cherche à contrer le projet américain de déploiement d’un bouclier antimissile en Europe. Formulée début juillet par le premier vice-premier ministre russe, Sergueï Ivanov, la menace russe de déployer de nouveaux missiles dans la région de Kaliningrad et en Biélorussie si les Etats-Unis refusaient l’utilisation commune avec la Russie du radar russe de Gabala en Azerbaïdjan se concrétise.

"LA BIÉLORUSSIE EST UN ATOUT"

Le déploiement des missiles russes en Biélorussie est d’autant plus possible que "toute l’infrastructure militaire biélorusse date encore du temps du Traité de Varsovie et se trouve dans un état idéal, y compris les installations de mise en marche des missiles avec des ogives nucléaires, qui ont été transportées en Russie après la chute de l’URSS", selon l’adjoint du secrétaire général de l’Union de la Russie et de la Biélorussie, Ivan Makoushok. "Moscou ne manquera certainement pas une telle occasion. La Biélorussie pour la Russie est un atout dans la dispute avec les Etats-Unis. Faire revenir les missiles dans les silos de missiles est beaucoup plus rapide que construire un radar en Pologne", a-t-il ajouté dans une interview accordée à Kommersant.

Pourtant, si la Russie réalise ce projet, M. Loukashenko, le président biélorusse, aura un levier de pression supplémentaire sur Moscou concernant les querelles autour des livraisons des ressources énergétiques. "On ne pourra pas d’un côté imposer à la Biélorussie des prix pour le gaz et le pétrole et de l’autre mener un dialogue stratégique", suppose Ivan Makoushok. En se présentant en garant de la sécurité de la Russie, le président biélorusse pourra non seulement marchander avec la Russie les prix du gaz mais aussi réclamer de Moscou des garanties sur son maintien au pouvoir en Biélorussie.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :