vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > La France et la Libye ont conclu un accord secret de défense

La France et la Libye ont conclu un accord secret de défense

AFP

mercredi 29 août 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La France et la Libye ont conclu un accord secret de coopération sur la défense, allant de l’acquisition de matériel militaire à l’entraînement des forces spéciales libyennes, affirme le "Canard enchaîné" paru mercredi 29 août

Le document porte les signatures des ministres français et libyen des affaires étrangères Bernard Kouchner et Abderrahmane Chalgam. Ce document, un fac similé fourni par le Canard Enchaîné, paru mercredi 29 août, fait mention d’un "accord de coopération dans le domaine de la défense et du partenariat industriel de défense".

Un accord signé le 25 juillet à Tripoli, au lendemain de la libération des infirmières bulgares, entre la France et la Libye. Mercredi, le ministère français de la défense se refusait à tout commentaire.

Comptant 12 points, l’accord porte sur des questions générales comme des "échanges de vues et d’informations" ou des "visites réciproques d’experts" mais surtout sur "l’acquisition de différents matériels et systèmes de défense" ainsi que la "protection et l’encouragement des investissements communs dans le domaine de la défense".

Il évoque aussi "la possibilité d’effectuer des manoeuvres militaires conjointes" ou encore "l’entraînement des unités militaires spéciales, des forces spéciales et des unités de gardes frontières".

Contreparties

Toujours selon l’hebdomadaire, l’accord prévoit que la "planification" de cette coopération sera "mise en oeuvre" au cours "des douze mois à venir".

La Libye, détaille-t-il, envisage d’acquérir "des matériels de sécurité" pour la surveillance de ses frontières et ports, des "véhicules militaires de tout type", des équipements logistiques, des navires et des patrouilleurs, des "systèmes de défense aérienne", des avions de combat et de transport ainsi que des "systèmes spatiaux".

Tripoli avait annoncé début août la signature d’un contrat d’armement avec EADS pour l’achat de missiles Milan pour 168 millions d’euros et un système Tetra de communication radio pour 128 millions d’euros, relançant la polémique sur d’éventuelles contreparties à la libération des infirmières et du médecin bulgares.

Lors de la visite du président Nicolas Sarkozy et de Bernard Kouchner à Tripoli le 25 juillet, les deux pays avaient également signé un accord visant à fournir à la Libye un réacteur nucléaire pour désalinisation de l’eau de mer.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :