samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Un islamiste présumé expulsé d’Ethiopie en garde à vue à la (...)

Un islamiste présumé expulsé d’Ethiopie en garde à vue à la DST

AFP

jeudi 30 août 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Un islamiste présumé expulsé d’Ethiopie a été interpellé jeudi matin vers 7H00 après son arrivée à l’aéroport de Roissy avant d’être placé en garde à vue à la Direction de la surveillance du territoire (DST), a-t-on appris de source judiciaire.

L’homme, âgé d’une vingtaine d’années, Ayoub Sfaxi, de nationalité tunisienne, avait été arrêté début 2007 par l’armée éthiopienne alors qu’il fuyait le bombardement d’un camp d’entraînement de combattants islamistes, proche de la frontière somalienne dans lequel il se trouvait, selon la même source.

Il avait été arrêté avec d’autres personnes qui fuyaient ce camp de la milice des tribunaux islamiques somaliens, une entité proche d’Al Qaida, a-t-on précisé de même source.

Il a refusé l’expulsion vers son pays d’origine la Tunisie. L’homme était en possession d’un titre de séjour français et les autorités éthiopiennes ont donc décidé de l’expulser vers la France.

La section antiterroriste du parquet de Paris a confié l’enquête à la DST qui conduisait la garde à vue jeudi matin dans ses locaux.

Cette garde à vue devrait permettre aux enquêteurs français de décider si le suspect peut intéresser ou non la justice française.

Ayoub Sfaxi qui s’est rendu en Ethiopie via plusieurs pays arabes en septembre 2006, résidait en France lorsqu’il a été condamné par défaut à Tunis en 2004 pour "activités subversives liées à l’usage d’internet".

Le tribunal de première instance de Tunis l’avait condamné à une peine de 26 ans et 3 mois de prison pour des faits datant de 2001-2002.

La justice tunisienne lui reprochait, ainsi qu’à six jeunes prévenus âgés de 18 à 22 ans et un autre homme résident en Suède, de faire partie d’un groupe dénommé "Les brigades du Prophète", originaires de Zarzis (sud) et ayant pour objet la préparation d’attentats à l’explosif.

Parmi les prévenus figuraient quatre lycéens accusés d’avoir volé des substances supposées servir à la confection d’un engin explosif dans le laboratoire de leur lycée, après avoir glané des recettes sur internet.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :