jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Suppressions de postes dans la fonction publique : un effort particulier (...)

Suppressions de postes dans la fonction publique : un effort particulier demandé à la défense

Claire Guélaud, le Monde

jeudi 30 août 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le gouvernement Fillon a bouclé son programme de coupes claires dans les effectifs de la fonction publique (- 22 800) et ventilé ces suppressions de postes, équivalant au non-remplacement d’un fonctionnaire sur trois partant à la retraite, entre les ministères.

Selon nos informations, cinq ministères concentreront, en 2008, l’essentiel des réductions d’emplois. Après l’éducation nationale (- 11 200 postes), c’est le ministère de la défense qui paiera le plus lourd tribut aux réductions d’effectifs. Son titulaire, le centriste Hervé Morin, a dû accepter 6 037 suppressions d’emplois. Les deux locataires de Bercy, Christine Lagarde et Eric Woerth, viennent ensuite avec les 2 600 suppressions inscrites dans le contrat de modernisation du ministère. Ils sont suivis par Michèle Alliot-Marie, qui, à l’intérieur, s’est vu imposer 2 300 emplois de moins. Jean-Louis Borloo est un peu moins mal loti à l’écologie, au développement et à l’aménagement durables avec 1 200 suppressions de postes.

Seuls l’éducation nationale, la justice ainsi que l’enseignement supérieur et la recherche échapperont à la "règle" du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Tous les autres y seraient déjà, peu ou prou, soumis. Jeudi 30 août, à l’Université d’été du Medef, Nicolas Sarkozy a d’ailleurs réaffirmé le bien-fondé d’un tel objectif. Le président a rappelé qu’il s’était "engagé à ne pas renouveler un emploi de fonctionnaire sur deux partant à la retraite". "Je n’y ai pas renoncé", a-t-il martelé, en précisant qu’il le ferait "par la réforme", probablement une fois connus au printemps 2008 les résultats de la revue générale des politiques publiques qui mobilise actuellement l’administration.

L’EXISTENCE DE POSTES VACANTS

Deux ministères seulement sauvent leur épingle du jeu. A la justice, Rachida Dati verra ses effectifs augmenter : 1 600 créations d’emplois sont prévues dans le cadre du projet de loi de finances pour 2008. Elles s’expliquent par l’ouverture de 8 nouveaux établissements pénitentiaires et de l’hôpital-prison de Lyon. Pour accompagner la réforme des universités, Valérie Pécresse, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, disposera de crédits supplémentaires d’un montant encore non précisé et verra le nombre de ses emplois stabilisé.

Le gouvernement ne s’est pas arrêté là. Il a aussi décidé de simplifier le mode de calcul des emplois de fonctionnaires en supprimant 10 000 à 11 000 postes vacants, dont 7 500 à la défense. C’est l’existence de quelque 3 000 postes vacants à la défense, un ministère alors occupé par Mme Alliot-Marie, qui avait permis, en 2006, à Jean-François Copé d’afficher dans le budget 2007 quelque 15 000 suppressions d’emplois. En réalité, il y en a eu 12 000. En 2008, en revanche, ce sont bien 22 800 emplois "réels" qui disparaîtront.

A Bercy, où l’on juge "inédit" l’exercice de restriction des dépenses conduit dans le cadre du projet de loi de finances (PLF), le ministre des comptes publics, Eric Woerth, paraît confiant dans sa capacité à tenir les niveaux de déficit public (2,4 % du PIB en 2007 ; 2,3 % en 2008) souhaités par M. Sarkozy, malgré le trou d’air de la croissance. Pour 2007, les rentrées fiscales, notamment l’impôt sur les sociétés, sont "correctes". Et, entre "l’impact budgétaire plutôt faible du ralentissement de la croissance", le surcroît de recettes attendu (2 à 5 milliards) et les 5 milliards mis en réserve, M. Woerth pense "pouvoir tenir les 2,4 %". Pour 2008, il n’a pas renoncé aux 2,3 %. La prochaine conférence nationale des finances publiques, prévue le 10 septembre, permettra au gouvernement de préciser ses objectifs, tout en invitant à l’effort des collectivités locales, qui emploient 1,5 million de fonctionnaires.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :