lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > L’Allemagne veut pouvoir espionner les terroristes sur leur disque (...)

L’Allemagne veut pouvoir espionner les terroristes sur leur disque dur

Philippe Astor, ZDNet.fr

lundi 3 septembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Inquiet des répercussions que pourraient avoir la présence de 3 000 de ses soldats en Afghanistan, le gouvernement allemand voudrait pouvoir introduire des chevaux de Troie sur les ordinateurs de personnes suspectées de terrorisme.

Le ministre de l’Intérieur allemand, Wolfgang Schaeuble, veut inclure une disposition permettant d’espionner le disque dur de terroristes potentiels dans un projet de la loi sur la sécurité intérieure, que doit examiner le gouvernement de coalition de la chancelière Angela Merkel.

L’idée est d’installer un cheval de Troie sur l’ordinateur de personnes soupçonnées de terrorisme par l’intermédiaire d’un courriel qui semble provenir d’une administration officielle, afin de pouvoir surveiller sa correspondance électronique et vérifier le contenu de son disque dur. « C’est une invasion de la sphère privée », s’est offusqué un expert en sécurité qui travaille pour l’opposition sur la chaîne ZDF.

La proposition de Wolfgang Schaeuble a provoqué un tollé dans l’opposition et a suscité l’ouverture d’un débat public houleux sur le caractère respectueux ou non des libertés civiles que revêtirait cette mesure. Le ministre allemand l’a défendue sur la chaîne de télévision n-tv ; il a dénoncé la nature « complètement exagéré » de cette polémique, soulignant que l’application de cette disposition sera soumise à l’approbation d’un juge et qu’« elle ne concernera que quelques personnes ».

Il y a quelques mois, une cour de justice fédérale a décidé que ce genre de mesure de surveillance clandestine, et à distance, nécessitait une loi pour l’encadrer et en réglementer les pratiques, ce qui a motivé la proposition du ministre allemand. Mais nombre d’experts en sécurité informatique ne la prennent pas vraiment au sérieux, car les personnes suspectées sont généralement suffisamment avisées pour faire échec à ce genre de manoeuvre.

L’Allemagne, qui, au contraire de l’Espagne et du Royaume-Uni, a échappé jusqu’à présent à une attaque terroriste majeure se préoccupe du danger croissant que représente la présence de 3 000 de ses casques bleus en Afghanistan, et des attaques suicides ou des enlèvements dont ils ont déjà fait l’objet, pour obtenir leur retrait.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :