samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Les RG notent une hausse des rixes entre bandes

Les RG notent une hausse des rixes entre bandes

Reuters

mercredi 5 septembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Les affrontements ont augmenté de 29% début 2007 en raison d’un "communautarisme croissant" et de "rivalités territoriales".

Les affrontements entre bandes ont augmenté de 29% au cours des cinq premiers mois de l’année en France par rapport à la même période de 2006, apprend-on mercredi 5 septembre de source policière. Cent vingt neuf heurts violents entre groupes de jeunes ont été enregistrés de janvier à juin, a-t-on précisé, confirmant une information publiée par le journal Le Monde. Dans une note rédigée par le service "dérives urbaines" des Renseignements Généraux (RG), les enquêteurs relativisent cependant cette hausse, soulignant qu’elle porte sur une partie de l’année et que la tendance peut très bien s’inverser. Parallèlement, les RG s’inquiètent d’un "communautarisme croissant" parmi ces groupes mais soulignent que ces violences sont essentiellement liées à des "rivalités territoriales". Trois affrontements entre bandes rivales ces dernières semaines à Paris, en particulier autour de la gare du Nord, qui semble être devenu un lieu de "défi", comme le quartier de La Défense, ont conduit les autorités à prendre des mesures.

Les groupes noirs américains comme modèles

La ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a annoncé qu’elle recevrait jeudi l’ensemble des préfets d’Ile-de France, le préfet de police de Paris et le directeur général de la police nationale "afin d’étudier les moyens d’une meilleure coordination dans la lutte contre la délinquance." "Le service concerné des RG observe régulièrement le phénomène des bandes et des notes sont transmises à la hiérarchie", souligne-t-on à la direction de ce service. "On assiste à un retour sensible du phénomène de bandes ethniques composées en majorité d’individus d’origine subsaharienne, arborant une appellation, des codes ou signes vestimentaires inspirés des groupes noirs américains", écrit-il dans son rapport de juillet, dont Le Monde publie des extraits. Les enquêteurs soulignent le "danger de l’éventuelle fusion entre deux phénomènes a priori distincts de repli communautaire et d’activité délinquante d’une bande".

Individus d’origine subsaharienne

Ils précisent cependant que ces affrontements "sont essentiellement liés à des rivalités territoriales" et insistent sur l’activité de deux groupes à l’origine de la plupart des incidents violents. Les RG décrivent une bande de La Défense, "composée d’une quarantaine d’individus pour l’essentiel d’origine subsaharienne, issus des quartiers sensibles des Hauts-de-Seine, des Yvelines et du Val-d’Oise". Et une bande dite de la "gare du Nord, composée d’une quarantaine d’individus de la même ethnie". Plusieurs bagarres ont opposé ces deux groupes, notamment en octobre 2006 porte d’Italie à Paris, où deux jeunes avaient été agressés à coups de couteau.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :