vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Suède : Le ministre de la Défense démissionne

Suède : Le ministre de la Défense démissionne

AFP

mercredi 5 septembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Mikael Odenberg est entré au gouvernement en octobre 2006 après la victoire aux législatives de la coalition de centre-droit

Le ministre suédois de la Défense Mikael Odenberg a annoncé mercredi sa démission du gouvernement en raison de son opposition totale au projet de réduction du budget de la Défense. "Parmi plusieurs raisons, je ne peux accepter une réduction absurde de cinq milliards de couronnes (532 millions d’euros) dans le budget de la Défense", a déclaré M. Odenberg au cours d’une conférence de presse à Stockholm.

M. Odenberg, qui est entré au gouvernement en octobre 2006 après la victoire aux législatives de la coalition de centre-droit, était en conflit ouvert depuis des mois avec le ministre des Finances Anders Borg qui a proposé des coupes sombres dans le budget militaire. La réduction pourrait aller de 3 à 5 milliards de couronnes (320 à 532 M EUR) pour le budget de la Défense d’ici à 2010.

Le budget sera présenté au parlement cet automne mais il était clair depuis plusieurs jours que M. Odenberg avait perdu la bataille après les arbitrages du Premier ministre Fredrik Reinfeldt. "Etre ministre de la Défense, ce n’est pas seulement une fonction. C’est aussi une mission de confiance. Si on ne peut plus croire en sa mission, on doit s’en aller. Je veux toujours pouvoir me regarder de face dans un miroir", a ajouté le ministre.

Le budget actuel de la Défense suédoise est de 43 milliards de couronnes. Des troupes suédoises sont déployées en Afghanistan, au Kosovo et au Liban.

Sur ce projet de coupes budgétaires pour les dépenses militaires, "je suis très critique vis à vis du gouvernement et je pense que cela affaiblit le gouvernement", a encore ajouté le ministre démissionnaire. Il s’agit de la troisième démission dans l’équipe gouvernementale.

Les ministres du Commerce et de la Culture, Maria Borelius et Cecilia Stegö Chilo, avaient été contraintes au départ quelques jours après leur nomination, suite à des révélations gênantes. La première n’avait pas déclaré au fisc la baby-sitter de ses enfants et la seconde n’avait pas payé la redevance audiovisuelle.

EPA


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :