mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Technologie > L’Europe obtient un sursis d’un an sur le passeport biométrique (...)

L’Europe obtient un sursis d’un an sur le passeport biométrique à puce (Mise à jour)

Philippe Crouzillacq , 01net

jeudi 16 juin 2005, sélectionné par Spyworld

Les Etats-Unis ont accepté d’assouplir leurs exigences envers l’Union Européenne. Ils demandent un passeport avec empreintes digitales et photo numérique pour le 26 octobre 2006.

Mise à jour : deuxième report pour cause de pays pas prêts

Bruxelles le demandait, Washington l’a accordé. Dans un communiqué, le secrétaire américain à la Sécurité intérieure, Michael Chertoff, a annoncé le report d’un an de la date butoir (initialement le 26 octobre 2005) à partir de laquelle les ressortissants de l’Union européenne devaient être munis de passeports à puce électronique pour entrer aux Etats-Unis. En revanche, l’obligation de présenter une photo numérique sur son passeport reste maintenue pour cette année.

C’est donc le 26 octobre 2006, dernier délai, que l’Europe devra respecter l’ensemble des exigences américaines. En effet, date mise à part, le projet ne change pas. Ce report est le deuxième obtenu par l’Europe, pour la simple raison que la plupart des pays ne sont pas prêts. Vingt-sept pays, dont quinze membres de l’Union européenne, sont concernés.

Première publication le : 1 er avril 2005

Les Etats-Unis demandent à l’Europe son passeport biométrique

Bruxelles réclame à Washington un délai d’un an. Les Européens ne sont pas encore prêts à accéder aux requêtes américaines.

Le passeport biométrique européen (contenant, par exemple, des empreintes digitales, une photo numérique...) se fait attendre. Mercredi 30 mars, l’Europe a officiellement demandé aux Etats-Unis un nouveau report dans le calendrier de mise en place des passeports biométriques pour les ressortissants européens qui voyagent outre-Atlantique. Alors que Washington compte cette fois faire respecter le planning qu’il a mis en place.

La mesure, décidée suite aux attentats perpétrés le 11 septembre 2001, devait, dans un premier temps, être effective le 26 octobre 2004. L’an passé, Bruxelles avait déjà obtenu des autorités américaines que l’opération soit différée d’un an.

Aujourd’hui, seuls 6 des 25 pays membres de l’Union européenne (la Belgique, la Finlande, le Luxembourg, l’Allemagne, l’Autriche et la Suède) satisfont aux critères de mise en place du passeport biométrique. En conséquence, l’Europe, qui souhaite avancer comme un seul homme, déclare ne rien pouvoir entreprendre en la matière avant le 28 août 2006. Le Japon a également annoncé qu’il serait en retard sur les objectifs qu’il s’était fixé, rapporte l’agence Associated Press.

Pas de passeport biométrique = visa obligatoire

La nouvelle a été très fraîchement accueillie à Washington où la crainte d’une attaque terroriste est toujours d’actualité. A l’instar de celui d’Atlanta ou de New York (JFK), plusieurs aéroports américains étudient, ou ont commencé à tester, des procédures d’identification biométriques . Dans ce contexte, la réponse adressée aux autorités européennes jeudi 31 mars par James Sensenbrenner ne fait pas dans la demi-mesure.

Le président de la commission chargée des affaires d’immigration à la chambre des Représentants des Etats-Unis se contente de « suggérer fortement à la Commission européenne de ne pas s’attendre outre-mesure à un report supplémentaire » des délais déjà fixés. Il demande par ailleurs à Bruxelles de faire pression sur les pays membres pour qu’ils puissent être prêts le 26 octobre prochain au plus tard.

Faute de quoi, passée cette date, les ressortissants européens dépourvus de passeport biométrique pourraient être obligés de demander des visas aux autorités américaines. Avec tous les délais que cela suppose.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :