mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Toulon : Essais d’un drone de surface pour la marine

Toulon : Essais d’un drone de surface pour la marine

Meretmarine.com

mardi 11 septembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Un drôle d’engin a sillonné, la semaine dernière, la rade de Toulon. L’embarcation semi-rigide, dotée d’un mât, est en fait un drone de surface, le tout premier dont disposera la Marine nationale. Produit par l’entreprise ECA, située à La Garde, dans le Var, cet engin est destiné au remorquage des cibles. Télécommandé et doté d’un moteur puissant (200 cv), il permettra de simuler l’évolution d’une vedette rapide et permettra aux bâtiments militaires de mener, en toute sécurité, des tirs d’artillerie.

Après la phase de développement, le programme en est donc aujourd’hui au stade des essais. La semaine dernière, des tests ont notamment été réalisés partir du pétrolier ravitailleur Meuse pour déterminer les modalités de déploiement et d’embarquement du drone. ECA devrait livrer, à partir de la fin de l’année, 7 engins à la marine. Six sont destinés à la Force d’Action Navale (FAN) et un au Centre d’Essais de la Méditerranée (CEM). A l’origine de la conception et de la réalisation du premier robot sous-marin libre (AUV), livré en 1980 à l’Ifremer, ECA est devenu un spécialiste de ce type d’engins, vendus à l’offshore et dans le secteur de la Défense. L’entreprise, qui emploie 600 personnes et a réalisé un chiffre d’affaires de 72 millions d’euros l’an passé, compte parmi ses clients une vingtaine de flottes. En dehors du remorqueur de cible, qui n’a pas de vocation militaire, la Marine nationale étudie l’acquisition éventuelle d’autres drones. Des engins comme le Spartan (Thales), qui peut notamment mouiller des sonars, serait notamment regardés avec intérêt.

Voir le diaporama


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :