lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Libération publie un rapport américain inédit sur les auteurs du 11 (...)

Libération publie un rapport américain inédit sur les auteurs du 11 septembre

AFP

mardi 11 septembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Libération publie mardi un rapport américain classifié, présenté comme inédit par le quotidien français, qui retrace les activités des dix-neuf auteurs des attentats du 11-Septembre au cours des dix-huit mois précédant les attentats.

Ce "rapport biographique" de 198 pages (dix-neuf chapitres, un par terroriste), que l’AFP a pu consulter, a été rédigé par le Centre national de renseignement sur la drogue (National drug intelligence center), dépendant du ministère américain de la Justice et remis au FBI deux mois et demi après les attentats.

Le 11 septembre 2001, dix-neuf terroristes d’Al-Qaïda avaient détourné quatre avions pour frapper les tours du World Trade Center à New York et le Pentagone près de Washington, faisant plus de 3.000 morts.

Ce rapport est titré "Twinbom-Pentbom", une "appellation officielle, écrit Libération, qu’on peut lire sur d’autres synthèses du FBI au sujet des attentats contre le World Trade Center et le Pentagone".

Ce rapport détaille ainsi toutes les activités significatives des dix-neuf pirates dans les dix-huit mois précédents le 11 septembre : alias utilisés, papiers d’identité vrais ou faux, numéros de téléphone, déplacements, opérations bancaires, rencontres avec des complices ou des amis, adresses utilisées ...

Selon Libération, "aucune contrainte géographique ou technique ne paraît avoir fait obstacle à ce travail de renseignement : que ce soit les virements bancaires ordonnés par les terroristes entre des banques situées dans le Golfe Persique et d’autres implantées en Afrique, ou les lignes téléphoniques enregistrées aux Emirats Arabes Unis qu’ils utilisaient".

Le titre du rapport ("Twinbom-Pentbom") est précédé d’une référence administrative plus précise, le numéro 265D-NY-280350. Selon Libération, cette référence n’apparaît qu’une seule fois, dans le rapport final de la Commission américaine sur le 11 septembre, rendu au mois de juillet 2004, à l’intérieur des notes annexées au texte principal, celles qui répertorient l’ensemble des sources consultées pour la circonstance. "Et sans que la commission ne détaille, ni même n’exploite le contenu", relève le quotidien.

Quant au parcours du chef opérationnel des pirates, Mohammed Atta, retracé par le rapport, il recèle des éléments mystérieux. Dans la liste des téléphones qu’il a utilisés figure un numéro d’appel enregistré en Roumanie, sans que l’on connaisse les résultats des recherches réalisées à son propos. "Tout comme un autre numéro international, correspondant à un téléphone cellulaire dont on ne sait pas à quelle fin Atta l’employait, pour contacter quel type de complice ou de soutien".

Interrogé par le quotidien, Robin Gazawi, représentant le FBI auprès de l’ambassade des Etats-Unis à Paris, a déclaré que l’agence fédérale "continue de rechercher tous les membres d’Al-Qaïda et leurs alliés qui ont rendu possible la planification et l’organisation d’attaques terroristes aux Etats-Unis".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :