vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Hervé Morin "très sceptique" sur le service civique obligatoire

Hervé Morin "très sceptique" sur le service civique obligatoire

Laurent Zecchini, le Monde

vendredi 14 septembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

A l’occasion de la présentation, jeudi 13 septembre, du plan des armées pour l’égalité des chances, le ministre de la défense, Hervé Morin - qui a précisé s’exprimer "en tant qu’homme politique" -, a déclaré avoir "toujours été très sceptique" à propos du projet de service civique obligatoire. Or, dans la lettre de mission de Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères, ce que, au ministère de la défense, on qualifie de "concept de campagne" est bel et bien présent : "Vous saisirez l’opportunité de la création d’un service civique obligatoire pour redonner une dimension ambitieuse mais dans un contexte profondément renouvelé au réseau des coopérants français à l’étranger et vous étudierez une réforme de notre système d’assistance technique", a écrit Nicolas Sarkozy, le 27 août, à Bernard Kouchner. L’Elysée a confirmé, jeudi, qu’il s’agit d’un "engagement présidentiel qui sera tenu". Même si, y indique-t-on, on ne sait pas encore quels ministères seront impliqués dans ce projet.

Le ministre de la défense (Nouveau Centre) estime qu’il serait "extrêmement difficile d’intégrer une tranche d’âge" (soit 800 000 jeunes, garçons et filles), à la fois parce qu’il faudrait créer des structures d’encadrement, et sur le plan financier. "Vu la situation budgétaire extrêmement tendue, il faudrait y regarder à deux fois avant de consacrer entre 4 et 5 milliards d’euros (par an) à ce projet", estime-t-il.

Ce chiffre avait été cité par le prédécesseur de M. Morin, Michèle Alliot-Marie, qui était hostile à l’engagement des armées dans ce projet. D’autant que celles-ci ne disposent plus de locaux. Depuis la professionnalisation des armées en 1996, de nombreuses casernes ont été fermées.

FAVORISER LE RECRUTEMENT

Le plan sur l’égalité des chances présenté par M. Morin comporte huit actions destinées à permettre aux jeunes, notamment ceux de milieux défavorisés, de "progresser dans la société". Par la même occasion, il aurait l’avantage d’intéresser les jeunes aux métiers militaires, et donc de favoriser le recrutement. Le ministre de la défense a souligné qu’en cinquante ans, la proportion de jeunes de condition modeste scolarisés dans quatre grandes écoles (Sciences-Po, HEC, l’ENA et Polytechnique) est passée de 29 % à 9 %. Hostile à la discrimination positive, M. Morin veut "donner sa chance au mérite" en proposant notamment des actions de tutorat. Ce plan s’adressera aussi aux jeunes de 14 à 16 ans (les "cadets de la défense") et intègre le dispositif "Défense deuxième chance". M. Morin estime que celui-ci, qui implique 2 000 jeunes et connaît un "taux de réussite de 65 % à 70 %", est un succès. En revanche, il ne veut plus y "mettre un sou au titre du ministère de la défense". "Si le gouvernement pense que cela marche bien, c’est au ministère de l’emploi de prendre le relais financier", souligne-t-il.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :