lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Technologie > Un dirigeable veut jouer les sentinelles volantes

Un dirigeable veut jouer les sentinelles volantes

AFP, via Ixarm

lundi 20 juin 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Le Zeppelin NT, un dirigeable nouvelle génération exposé au salon du Bourget, propose de jouer les sentinelles volantes pour des missions de surveillance maritime ou terrestre, ou encore à l’occasion de grands événements au-dessus de Paris.Le général Bernard Norlain, Pdg de Sofema Groupe, fourmille d’idées pour redonner un avenir au dirigeable avec la société allemande Zeppelin Luftschifftechnik, filiale du groupe ZF."Il pourrait être utilisé pour des missions maritimes et terrestres classiques, comme la surveillance des pêches, de la pollution et des dégazages sauvages en mer, le contrôle du trafic routier ou la détection des incendies de forêts", explique-t-il à l’AFP, en marge du Salon.Le dirigeable est mobile, peut se déplacer à une vitesse de 125 km/heure, mais peut également rester stationnaire et assurer ainsi une surveillance permanente sur zone pendant 24 heures d’affilée, fait-il valoir.A la différence d’un hélicoptère, le ballon n’a pas besoin de faire tourner ses moteurs pour se maintenir en l’air, ajoute-t-il.Plus économique qu’un avion ou qu’un hélicoptère, capable d’embarquer un grand nombre de capteurs et d’équipements de prises de vues, de transmission d’images et de données, c’est "un outil idéal pour assurer une très large gamme de missions de sûreté et de sécurité", estime le général Norlain."C’est une formidable plateforme multicapteurs", que l’on pourrait également utiliser pour surveiller la qualité de l’air, ajoute-t-il en assurant que des collectivités locales "sont intéressées".De plus, la technologie des dirigeables permet d’avoir aujourd’hui des ballons très sûrs, avec une enveloppe gonflée à l’hélium, un gaz ininflammable, et qui ne se dégonfle pas, même trouée, car il n’y a pas de surpression, assure le Pdg de Sofema.L’aventure des Zeppelin, du nom de son inventeur, le général allemand Ferdinand von Zeppelin, avait tourné court en 1937, lors de l’incendie du Hindenburg, un monstre de 235 mètres de long, dans le New-Jersey, aux Etats-Unis.D’une taille beaucoup plus modeste que son illustre ancêtre, le Zeppelin NT, 75 m de long, est équipé d’une cabine pouvant accueillir 12 passagers en plus du commandant de bord et du pilote."Nous sommes les premiers à en proposer l’utilisation pour des missions de surveillance", affirme le général Norlain."La Préfecture de police de Paris pourrait être notre premier client", estime-t-il, en ajoutant que le Zeppelin NT pourrait par exemple être utilisé lors de la fête de la musique à Paris le 21 juin.La Préfecture de police a de son côté confirmé qu’elle procédait à des "expérimentations" pour un "éventuel apport" de ce type d’appareil dans le "dispositif de la sécurité" de la capitale sous toutes ses formes : surveillance de la circulation, relais radio, nuisances sonores ou pollution."Si ses résultats sont satisfaisants", il "pourrait être envisagé de faire appel" à ce type d’équipement pour des événements qualifiés d’exceptionnels comme en 1989, lors de la célébration des festivités du bicentenaire de la Révolution française, a-t-on indiqué à la Préfecture de police de Paris.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :