lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Moscou envisage la construction d’une nouvelle base spatiale

Moscou envisage la construction d’une nouvelle base spatiale

Le Monde, avec AFP

samedi 22 septembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La Russie, qui effectue ses lancements dans l’espace depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, envisage de construire une nouvelle base spatiale sur le territoire extrême-oriental d’ici à 2020, a affirmé vendredi le chef de l’Agence spatiale russe, Anatoli Perminov. Selon lui, l’agence examine plusieurs sites pour réaliser ce projet, dont celui du cosmodrome militaire de Svobodnyï, dans la région de l’Amour, fermé en mars. Cependant, ces plans ne signifient pas que la Russie veut abandonner Baïkonour, a souligné le responsable. Après la chute de l’URSS, Baïkonour s’est retrouvé sur le territoire du Kazakhstan. En 1994, la Russie et le Kazakhstan se sont mis d’accord sur un statut particulier pour cette base spatiale. Appartenant juridiquement au Kazakhstan avec tous ses pas de tir, Baïkonour est loué par les Russes pour 115 millions de dollars (quelque 81 milliards d’euros) par an et le bail court jusqu’en 2050.


La Russie va investir 1 000 milliards de dollars dans ses infrastructures en dix ans

Dans les dix prochaines années, la Russie va consacrer la somme de 1 000 milliards de dollars (710 milliards d’euros) à la modernisation de son réseau d’infrastructures, a annoncé, vendredi 21 septembre, Sergueï Ivanov. Le vice-premier ministre, qui s’exprimait lors d’un forum à Sotchi – la station balnéaire du bord de la mer Noire qui accueillera les Jeux olympiques d’hiver en 2014 –, a par ailleurs indiqué que Moscou entendait ouvrir à la concurrence des secteurs en situation de monopole.

"Nous renforcerons la concurrence. Nous voulons garantir un large accès à des secteurs de monopoles, en renforçant les méthodes de régulation de marché libre", a assuré M. Ivanov, sans préciser quels secteurs seraient concernés par ce processus de libéralisation.

311 MILLIARDS D’EUROS POUR LES TRAINS

Premier bénéficiaire des investissements massifs que compte réaliser la Russie : le rail, dans lequel seront injectés 11 000 milliards de roubles (311 milliards d’euros) d’ici à 2030. Moscou investira dès l’année prochaine 170 milliards de roubles (4,8 milliards d’euros) dans le groupe de réseau électrique public et 120 milliards de roubles (3,1 milliards d’euros) dans l’agence fédérale atomique Rosenergoatom, a indiqué le vice-premier ministre. La Russie entend aussi construire 4 000 km de nouvelles routes par an d’ici à 2010. Les investissements dans le réseau d’aéroports devraient, eux, atteindre 21 milliards d’euros d’ici à 2020.

Vladimir Poutine a assuré que les investisseurs privés, notamment étrangers, joueront un rôle-clé dans la réalisation de ce programme. "Nous nous attendons à ce que les investisseurs privés jouent un rôle de plus en plus visible, de premier plan, dans le vaste processus de modernisation de l’économie.", a déclaré le président russe.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :