dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > France > La menace terroriste est "forte" en France

La menace terroriste est "forte" en France

LCI.fr

dimanche 23 septembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le directeur général de la police nationale explique au JDD que la menace est forte parce que la France est "impliquée au Liban et en Afghanistan".

Frédéric Péchenard rappelle aussi que "cela fait tout de même onze ans" que le terrorisme islamique "n’a pas frappé sur notre sol".

"Nous ne sommes pas là pour paniquer les gens, mais la menace ( NDLR : terroriste) est forte aujourd’hui", déclare le directeur général de la police nationale, Frédéric Péchenard, dans un entretien au Journal du Dimanche. Interrogé sur le fait de savoir si la multiplication des attentats en Algérie augmentait le niveau actuel de la menace terroriste, il répond "incontestablement". Il explique que la menace est forte parce que la France est "impliquée au Liban et en Afghanistan", parce que le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) "s’est radicalisé" en "se rapprochant d’Al-Qaïda", mais aussi parce que l’Algérie "traverse une période difficile".

Frédéric Péchenard, tout en soulignant qu’il faut "être très prudent", qu’"on peut avoir un réveil difficile", rappelle que "cela fait tout de même onze ans" que le terrorisme islamique "n’a pas frappé sur notre sol". Pour lui, cela est dû "notamment à la réactivité de nos services de renseignement et à leur organisation". C’est pour cela qu’il est important que les services de renseignement, qui doivent être regroupés au sein d’une Direction du renseignement intérieur (DRI), "gardent une capacité judiciaire" pour "tout ce qui concerne la neutralisation préventive des réseaux", poursuit-il.

En France comme ailleurs

Mais pour la ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, cette "menace" terroriste pèse sur la France "comme sur quasiment tous les pays". Dans un entretien réalisé vendredi et diffusé dimanche sur Radio RCJ, la ministre juge que les récentes déclarations du numéro deux d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, "n’apportent rien de nouveau parce que, sous une forme ou une autre, elles ont déjà été formulées". "Pour autant, ajoute-t-elle, elles n’enlèvent rien de la vigilance nécessaire parce qu’il est vrai qu’il y a une menace qui existe sur notre pays comme sur quasiment tous les pays", les pays occidentaux mais également des pays comme la Tunisie, le Maroc ou le Pakistan, a-t-elle précisé.

Michèle Alliot-Marie avait annoncé officiellement le 13 septembre la création d’une Direction du renseignement intérieur (DRI), regroupant la direction de la surveillance du territoire (DST) et les renseignements généraux (RG). La DRI aura quatre missions : contre-espionnage, contre-terrorisme, intelligence économique, "analyse des mouvements sociaux et des faits de société".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :