vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le chef de la police hongroise s’engage à renforcer l’utilisation

Le chef de la police hongroise s’engage à renforcer l’utilisation des bases de données d’INTERPOL

Interpol

lundi 24 septembre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le Directeur général de la Police nationale hongroise, M. József Bencze, a affirmé aujourd’hui, lors de sa première visite officielle au Secrétariat général, son intention de renforcer la coopération de son pays avec INTERPOL.

M. Bencze a indiqué qu’il voyait dans l’élargissement de l’accès à la base de données mondiale d’INTERPOL sur les documents de voyage volés ou perdus à l’aéroport international du pays ainsi qu’à 36 postes-frontières, après le rattachement de la police des frontières à la police nationale, en janvier 2008, une occasion extraordinaire de dynamiser la sécurité intérieure de la Hongrie.

"Une fois ce processus achevé, la possibilité d’accéder à la base de données d’INTERPOL à ces points d’entrée va considérablement améliorer notre travail en ce qui concerne l’immigration et les contrôles aux frontières", a déclaré M. Bencze, qui a été nommé directeur de la police en juin 2007.

"Avec les informations transmises par 129 pays pour l’alimenter, les vérifications auxquelles nous procéderons dans cette base de données vont rendre les contrôles aux frontières beaucoup plus efficaces et renforcer notre sécurité. En même temps, nous allons prendre des mesures pour améliorer la qualité et la quantité des informations que nous envoyons pour enregistrement dans cet outil".

La Hongrie, en tant que membre de l’Union européenne, travaille en étroite collaboration avec les organismes de police et de contrôle des frontières de l’UE – Europol et Frontex – , ainsi qu’avec l’Initiative de coopération pour l’Europe du Sud-Est.

Sur le plan international, M. Bencze a affirmé qu’une collaboration plus étroite avec INTERPOL est essentielle pour mettre un frein à la mondialisation croissante de la criminalité, citant en exemple une affaire récente dans laquelle cinq individus recherchés pour escroquerie ont été arrêtés à l’étranger et extradés vers la Hongrie grâce à un type de notices internationales INTERPOL dites "notices rouges" et à des mandats d’arrêts européens.

Opérant depuis Budapest, le groupe d’individus en question, composé notamment de ressortissants des É tats-Unis, d’Autriche et d’Allemagne, aurait extorqué quelque 32 millions d’euros à près de 1 000 victimes partout dans le monde qui pensaient avoir investi dans des sociétés américaines.

"Nous nous félicitons de l’appel au renforcement des liens avec INTERPOL lancé par M. Bencze. Sans la coopération de tous les services de police du monde par le canal de notre organisation et sans accès à nos bases de données mondiales, les Hongrois resteront exposés à la menace que fait peser sur eux la criminalité internationale", a déclaré le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble.

Au cours de leur entrevue, le Secrétaire Général Noble et M. Bencze ont évoqué d’autres moyens possibles pour INTERPOL d’aider le pays à lutter contre la criminalité transnationale, notamment l’envoi à la base de données génétiques - appelée Passerelle ADN - de l’organisation des profils génétiques d’individus non identifiés suspectés de meurtre et d’autres infractions violentes, et la mise à disposition d’un policier au Secrétariat général.

M. Bencze était accompagné du Chef du Bureau central national INTERPOL de Budapest, M. Peter Kovari.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :