samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Pyongyang désactiverait ses programmes nucléaires d’ici à (...)

Pyongyang désactiverait ses programmes nucléaires d’ici à décembre

Philippe Pons, le Monde

lundi 1er octobre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

A la veille du sommet entre les deux Corées, qui se tiendra à Pyongyang du 2 au 4 octobre, les négociateurs aux pourparlers à six (Chine, deux Corées, Etats-Unis, Japon et Russie), réunis à Pékin, sont parvenus à un projet d’accord sur la désactivation des programmes nucléaires nord-coréens qui devrait être effective avant la fin de l’année. Le texte a été soumis à leurs gouvernements. S’il est approuvé - ce qui ne fait guère de doute à Séoul -, il devrait être rendu public dès mardi.

"Le projet d’accord prévoit un calendrier précis pour la Corée du Nord", a déclaré, à Pékin, le négociateur sud-coréen ChunYung-woo. "Il est notamment stipulé que la désactivation sera effective avant le 31 décembre", a poursuivi le diplomate, qui a salué les concessions faites par Pyongyang.

"Nous sommes entrés dans les détails pratiques de la dénucléarisation et le projet d’accord est très complet", a fait valoir pour sa part le négociateur américain, Christopher Hill. Pour son homologue chinois, Wa Dawei, le projet d’accord a fait l’objet d’un "large consensus". Les pourparlers à six avaient repris à la fin de la semaine dernière.

LIVRAISONS DE FIOUL

Les parties semblent être parvenues à une définition de ce qu’elles entendent par "désactivation" (le démantèlement pur et simple des installations étant exclu par Pyongyang). La République populaire démocratique de Corée (RPDC) a annoncé en juillet être disposée à fournir une liste complète de ses installations nucléaires et à les désactiver, conformément à l’accord du 13 février qui prévoit, en échange, des fournitures importantes d’énergie, des garanties de sécurité et la normalisation des relations entre les Etats-Unis et la RPDC.

Pyongyang a arrêté, au mois de juillet, son principal réacteur à Yongbyon et a accepté le retour des inspecteurs de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA). Les premières livraisons de 50 000 tonnes de fioul par la Corée du Sud et la Chine ont commencé. La semaine dernière, George Bush a également autorisé la fourniture d’une aide énergétique d’un montant de 25 millions de dollars à la RPDC.

Le projet d’accord devrait inclure l’engagement des Etats-Unis de rayer la RPDC de la liste des pays soutenant le terrorisme, - l’une des demandes pressantes de Pyongyang -, sans toutefois qu’une date ait été précisée, a déclaré le négociateur sud-coréen.

Deuxième sommet entre les Corées depuis 2000

Le sommet de Pyongyang entre les deux Corées est le deuxième depuis l’armistice de 1953, qui avait consacré la division de la péninsule. Le premier sommet, en juin 2000, déjà à Pyongyang, avait permis aux deux rivaux de lancer des projets économiques et humanitaires. Séoul devrait à nouveau proposer des programmes d’aide économique. - (AFP.)

Les négociateurs de la Russie, de la Corée du Sud, de la Corée du Nord, de la Chine, des Etats-Unis et du Japon, le 30 septembre. - AFP/ANDY WONG


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :