dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Un ex-agent du SCRS se confie

Un ex-agent du SCRS se confie

Radio-Canada.ca

lundi 1er octobre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Un ancien agent du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) affirme que la commission d’enquête sur la tragédie d’Air India, chargée de faire la lumière sur l’attentat survenu en juin 1985, ne pourra pas vraiment aller au fond de choses. Cet ancien espion prétend avoir découvert à l’époque un réseau d’espions indiens qui opéraient au Canada. Francois Lavigne veut témoigner publiquement sur ce qu’il sait.

M. Lavigne a travaillé au SCRS de 1984 à 1988 à la section du contre-espionnage de l’Asie du Sud. À l’époque, il avait enquêté sur des activités d’agents des services de renseignement indiens au Canada.

« C’est recueillir des informations sur les activités des extrémistes sikhs. J’avais plusieurs inquiétudes au sujet du degré auquel ils étaient dans cet aspect-là de la communauté sikhe au Canada. Et il y avait des indications que leurs activités étaient assez sérieuses », soutient François Lavigne. Selon lui, les activités de ces agents indiens au Canada ne devraient pas être mises de côté.

Le gouvernement indien a admis la présence d’espions au Canada de 1983 à 1987. Toutefois, il a toujours nié toute implication dans l’attentat contre le vol d’Air India.

D’ailleurs, un rapport du comité de surveillance du service secret canadien en arrivait à la conclusion qu’il n’existait aucun renseignement au SCRS lui permettant d’établir l’existence d’un complot contre Air India par le gouvernement indien.

François Lavigne prétend avoir rencontré le procureur en chef de la commission d’enquête. « Si je voulais témoigner publiquement, le gouvernement invoquerait la loi sur la preuve pour bloquer ce témoignage-là. [...] Le gouvernement croit que l’intérêt public à savoir ce que j’ai fait, ce que je sais au sujet de cette situation-là, ne dépasse pas l’intérêt à protéger les relations internationales canadiennes », explique-t-il.

Du côté de la commission, on dit qu’on ne divulgue aucune information sur les audiences à huis clos ou des réunions privées entre les avocats de la commission et ceux qui pourraient être appelés à témoigner.

Le 23 juin 1985, un Boeing 747 de la compagnie Air India a explosé au-dessus de l’Atlantique. Les 329 passagers, dont 278 Canadiens, ont tous péri dans cet attentat.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :