lundi 16 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le FBI reste susceptible de faire l’objet d’espionnage (...)

Le FBI reste susceptible de faire l’objet d’espionnage interne

AP

mardi 2 octobre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Six ans après l’arrestation de l’agent Robert Hanssen pour avoir divulgué des informations secrètes au profit de l’URSS puis de la Russie, le FBI reste susceptible de faire l’objet d’espionnage par ses propres employés, selon un rapport rendu public lundi par le Département américain de la Justice.

La raison ? Le Federal Bureau of Investigation n’a pas adopté les mesures de sécurité nécessaires pour traquer les comportements louches impliquant ses propres employés, accuse le document de 41 pages.

L’enquête a permis d’examiner les mesures prises par l’agence fédérale après l’arrestation en 2001 de Robert Hanssen. L’agent avait reconnu avoir espionné pour le compte de Moscou pendant plus de 20 ans. Il se faisait payer en liquide et en diamants.

Le rapport reconnaît que le FBI a pris au moins deux mesures importantes pour repérer les espions. Une nouvelle unité a ainsi été créée pour détecter les intrusions au sein même de l’agence. En outre, deux postes opérationnels importants ont été mis en place dans son service de lutte contre l’espionnage. Ces fonctions sont occupées par des représentants de la CIA ou d’autres membres de services de renseignement extérieurs au FBI pour assurer « l’impartialité et une évaluation objective de l’information ».

Mais le bureau d’enquêtes fédéral n’a toujours pas mis en place des procédures d’enquête internes, comme la création d’un système permettant de recueillir ou d’analyser les informations étranges concernant des employés du FBI, note l’inspecteur général du ministère de la Justice, Glenn Fine. Par ailleurs, le programme d’évaluation est loin d’être au point, poursuit-il.

En conséquence, les États-Unis restent exposés au risque d’espionnage interne. « Nous pensons que le FBI doit faire preuve de vigilance pour tenter de repérer les intrusions internes qui se sont produites par le passé et pourraient se produire à l’avenir », souligne le rapport du Département de la justice.

Le vice-directeur du FBI, John Miller, a dit apprécier le rapport, tout en notant que l’agence avait fait des progrès importants dans plusieurs domaines. Il a assuré que le bureau avait l’intention d’appliquer toutes les mesures de sécurité nécessaires, sans fournir de calendrier sur leur mise en place.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :