dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Nouvelle menace pour le Canada

Nouvelle menace pour le Canada

Kathleen Harris, Sun Media

mardi 2 octobre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le Canada est devenu une cible de choix pour les espions étrangers, qui infiltrent le pays afin de voler des secrets commerciaux ou de promouvoir des causes politiques ou militaires, selon l’agence fédérale du renseignement.

Des documents du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) obtenus par Sun Media en vertu de la Loi sur l’accès à l’information indiquent que la sécurité nationale et les intérêts économiques canadiens sont de plus en plus vulnérables à des attaques cybernétiques « clandestines et trompeuses ».

Loin d’avoir disparu avec la fin de la guerre froide, l’espionnage par des pays étrangers et des acteurs hostiles s’est intensifié au cours des 15 dernières années, selon les documents du SCRS datant de 2006 et de 2007.

Des conflits régionaux ont entraîné l’apparition de nouveaux acteurs, dont des gouvernements en attente, des gouvernements en exil et des groupes terroristes.

« Les nouvelles menaces dont nous tenons compte sont les menaces contre des communautés ethnoculturelles, contre les secrets commerciaux et contre les infrastructures publiques et privées essentielles », lit-on dans un document.

Espionnage industriel

Lourdement censurés, les documents font aussi état de la menace grandissante posée par l’espionnage économique, qui peut causer des pertes d’emplois, diminuer les profits des entreprises et les revenus de taxation du gouvernement, en plus de nuire à l’avantage compétitif des compagnies canadiennes.

Selon Michel Juneau-Katsuya, un expert en sécurité et ancien agent du SCRS, ce sont des milliards de dollars qui sont perdus chaque année. Bien que l’attention soit surtout portée vers la Chine, il estime que plusieurs espions proviennent de nations amies.

Zone grise

Un manque de forces spécialisées et des zones grises dans la loi permettent aux espions de prospérer. « Le gouvernement doit étudier ce phénomène afin que nous puissions éduquer le grand public et trouver des solutions », dit M. Juneau-Katsuya.

La technologie avancée, les ressources naturelles, la réalité multiculturelle et le système politique ouvert du Canada en font une « cible particulièrement intéressante » pour l’espionnage.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :