samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > La DGSE piste les touristes de l’extrême

La DGSE piste les touristes de l’extrême

Jean Chichizola, le Figaro

mercredi 3 octobre 2007, sélectionné par Spyworld

logo

En Afghanistan, les services français soulignent les risques d’enlèvement de civils. Et recommandent leur départ du sud du pays.

LES SERVICES de renseignements tricolores n’en sont toujours pas revenus : en avril dernier, un couple de Français et leurs trois enfants de moins de dix ans ont traversé l’Afghanistan à bord d’un combi Volkswagen. La petite famille bien tranquille voulait rejoindre l’Ouzbékistan au départ de la ville pakistanaise de Peshawar. Dans un pays plongé en pleine instabilité, encore illustrée par l’attentat qui a coûté la vie à un militaire français il y a dix jours, le périple avait de quoi donner des sueurs froides à toutes les polices. Et l’anecdote tragicomique est malheureusement loin d’être une exception.

À l’heure où les prises d’otages se multiplient, où l’Afghanistan renoue avec les pires heures de son histoire récente, les super-espions français doivent en effet se soucier des « touristes de l’extrême ». Des têtes brûlées isolées, comme cet amoureux de la nature désireux de s’adonner au plaisir de la pêche à la truite en pleine vallée du Panshir, au nord du pays. Mais aussi les tour- opérateurs. Deux succursales d’agences de tourisme italienne et britannique proposent ainsi aux curieux des trekkings ou des « voyages d’aventure ». Le prix de l’aventure ? Un peu moins de 4 000 euros pour quatorze jours avec des accompagnateurs afghans formés sur place.

Des Français tentent leur chance. Parfois à leur risque et péril. En août dernier, une jeune touriste est ainsi arrivée à l’aéroport de Kaboul où un accompagnateur était censé l’attendre. Elle attendra deux heures durant son guide avant d’être prise en charge et rapatriée par les services de l’ambassade. « L’aéroport est plein de troupes étrangères et le risque y était donc très limité, remarque un spécialiste de la région, mais si elle avait décidé de se rendre en ville par elle-même, en taxi ou en voiture particulière, elle aurait pu disparaître corps et biens sans même que nous soyons avertis de son arrivée ! »

Les personnels des ONG

Plus grave encore : dépassant le seul problème des touristes, la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) tire la sonnette d’alarme sur le risque croissant d’enlèvement pesant sur les quelque 250 civils français vivant aujourd’hui en Afghanistan (dont un peu plus de 200 à Kaboul). L’essentiel travaille pour des associations humanitaires. Un public parfois réticent devant les consignes de protection des services de renseignements. Pour ne pas dire totalement hostile à l’idée de quitter les projets qu’ils ont souvent eu beaucoup de difficultés à mettre en place. Ces dernières semaines, les autorités françaises se sont faites plus pressantes. Et pour cause. La DGSE a en effet recueilli des informations fiables faisant état de reconnaissances ciblées sur des travailleurs humanitaires français isolés en province. Leurs habitudes, leurs lieux de résidence, les véhicules utilisés au cours de leur déplacement auraient été repérés. Pour les spécialistes, ces opérations ressemblent fort à la constitution d’un « dossier d’objectif », phase préparatoire à un enlèvement en bonne et due forme. Les événements de ces dernières semaines avec les attentats contre les troupes françaises et espagnoles ainsi que l’enlèvement de membres du CICR et de militaires italiens renforcent cette inquiétude.

Dernière cible potentielle : les militaires français isolés aux quatre coins du pays. 200 soldats français participent notamment à l’instruction rapprochée de l’armée nationale afghane et sont souvent en poste, seul ou en binôme, dans des casernes très isolées. Pour la DGSE, qui a rédigé plusieurs notes sur ce sujet ces derniers mois, le risque d’une prise d’otage visant un Français est donc au plus haut. Et le service français de proposer une solution radicale : décider de ne plus avoir un seul civil français dans les provinces du sud de l’Afghanistan et exiger que ceux présents au nord soient protégés par des sociétés de sécurité occidentales.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :